PÉTROLE/Le brut profite de l'optimisme des marchés pour la Grèce

reprise de la veille

New York (awp/afp) - Les prix du pétrole ont fortement progressé mardi à New York, à la faveur d'un regain d'optimisme des marchés financiers quant au déblocage de nouveaux fonds pour éviter à la Grèce de faire faillite.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en août a terminé à 92,89 dollars, en hausse de 2,28 dollars par rapport à la veille.

A Londres, sur l'IntercontinentalExchange, le baril de Brent de la mer du Nord à échéance identique a gagné 2,79 dollars à 108,78 dollars.

"Le marché pétrolier réagit positivement à la perspective d'un accord en Grèce, et entre le gouvernement grec et l'Union européenne", a expliqué Adam Sieminski, de la Deutsche Bank.

Le Parlement grec doit se prononcer mercredi sur un budget de rigueur, condition nécessaire au déblocage de nouveaux fonds par ses partenaires européens et le FMI et lui éviter ainsi de se trouver en défaut de paiement.

"Le marché anticipe un accord sur les mesures d'austérité en Grèce", a constaté Phil Flynn, de PFG Best.

De ce fait, la Bourse de New York, comme l'euro, évoluaient en nette hausse mardi après-midi.

"Rebond" après la chute de ces derniers jours, "accompagné d'un marché boursier en meilleure forme et d'un affaiblissement du dollar, tout cela contribue à faire monter les prix du pétrole", a estimé Adam Sieminski.

"Je soupçonne qu'il s'agit surtout d'un rebond d'un marché qui avait trop baissé", a-t-il ajouté.

Les cours avaient perdu environ cinq dollars sur le marché new-yorkais entre jeudi et lundi, conséquence de l'annonce par l'Agence internationale de l'Energie (AIE) qu'elle allait piocher dans ses stocks stratégiques pour alimenter le marché.

Pour le marché pétrolier, l'optimisme des investisseurs influe de deux manières.

"Si on a de la stabilité en Europe, les attentes de demande de pétrole vont augmenter", a relevé Phil Flynn.

Par ailleurs, "si l'euro se renforce, cela soutient la valeur du pétrole", a-t-il ajouté.

L'affaiblissement du dollar face à la monnaie européenne rend en effet le brut, libellé en devise américaine, plus intéressant pour les acheteurs européens.

"L'espoir du marché dans l'immédiat, c'est que le Parlement (grec) adopte le plan de mesures d'austérité, ce qui ouvre à la voie à un vaste plan de l'Union européenne", a observé Mike Fitzpatrick, de Kilduff Report.

"Mais avec les travailleurs qui protestent en masse dans les rues, il est difficile d'imaginer comment un quelconque plan puisse être mis en oeuvre. (...) Au final, il est difficile d'imaginer un scénario positif en termes de croissance de la demande d'énergie", a-t-il tempéré.

Les opérateurs s'interrogeaient par ailleurs sur les conséquences de la décision de l'AIE. Si à court terme, cet afflux d'offre pèse sur les prix, les analystes s'inquiètent de la réaction des pays producteurs, notamment de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Le secrétaire général du cartel, Abdallah El-Badri, a demandé à l'AIE de suspendre "immédiatement" cette mesure, selon des propos cités par les analystes de Barclays Capital.

Les membres de l'Opep pourraient être tentés de freiner leur production en représailles, une décision susceptible de faire repartir les prix à la hausse.

rp



(AWP / 29.06.2011 06h21)