RPT/PÉTROLE/Le brut baisse, toujours pénalisé par l'Iran et la Chine

(répétition de la veille, marché fermé à New York)

Londres (awp/afp) - Les cours du pétrole se maintenaient en baisse lundi en fin d'échanges européens, grevés par des statistiques décevantes sur la consommation de brut en Chine et la levée de certaines sanctions contre l'Iran.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 106,40 USD sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 8 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février perdait 62 cents, à 93,75 USD. Les marchés américains restaient fermés lundi en raison d'un jour férié aux États-Unis.

Les prix du pétrole pâtissaient d'inquiétudes sur la consommation de brut en Chine, deuxième consommateur et premier importateur d'or noir au monde - malgré l'annonce de la stabilisation de la croissance chinoise à 7,7% en 2013.

"La consommation de brut sous-jacente, c'est-à-dire en prenant en compte les importations nettes de produits pétroliers, a augmenté de 1,6% en 2013, ce qui est le taux de croissance le plus faible de ces cinq dernières années", indiquaient les économistes de Commerzbank.

Par ailleurs, "la levée de certaines sanctions de l'Union européenne contre l'Iran a également pesé sur les prix" du pétrole, signalait Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

L'Union Européenne (UE) a en effet suspendu à partir de lundi et pour six mois une série de sanctions économiques contre l'Iran en réponse au gel par Téhéran d'une partie de ses activités nucléaires, conformément à l'accord conclu avec les grandes puissances en novembre dernier.

Les opérateurs européens peuvent désormais recommencer à convoyer le brut iranien vers les six pays clients (Chine, Inde, Japon, Corée du sud, Turquie et Taïwan) que l'Iran peut actuellement ravitailler grâce à une exemption aux sanctions internationales, et à assurer les navires transportant le pétrole.

"Cependant, la levée de cette interdiction (d'assurer les navires) n'apportera qu'une petite amélioration à l'offre, étant donné que l'interdiction d'importer (du brut iranien) en Europe reste en vigueur", jugeaient les analystes d'UniCredit.

"Par contre, un impact majeur serait à attendre si un accord de long terme conduisant l'Europe à lever ses restrictions à l'importation était conclu", ajoutaient-ils.

L'accord intérimaire ouvre une période de négociations de six mois, dont le but est d'arriver à un accord global sur le programme nucléaire iranien et à la levée complète des sanctions, dont celles sur les exportations pétrolières iraniennes.

Au cours de la dernière réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) début décembre, l'Iran a affirmé pouvoir revenir très rapidement à ses pleines capacités de production (4 millions de barils par jour, contre 2,71 mbj en novembre dernier) si les sanctions étaient levées.

afp/jh



(AWP / 21.01.2014 06h21)