Straumann T1: chiffre d'affaires 174,8 mio CHF, 200 emplois supprimés

Zurich (awp) - Straumann annonce lundi avoir réalisé un chiffre d'affaires de 174,8 mio CHF au premier trimestre 2013, en baisse de 6%, tant en monnaies locales qu'en CHF, par rapport à la même période l'an dernier. Le chiffre d'affaires affiché est légèrement inférieur aux attentes des analystes (consensus AWP), qui tablaient sur 176,5 mio CHF.

Dans le détail, le marché européen reste le principal débouché du fabricant d'implants dentaires, malgré un ralentissement de 7,5% en CHF, avec un chiffre d'affaires de 98,5 mio CHF. L'Amérique du Nord a enregistré une hausse de 1,3%, à 45,3 mio CHF. La région pacifique s'est inscrite en forte baisse de 9,3% à 22,7 mio CHF.

L'entreprise, qui misait sur un rétablissement plus rapide des marchés, annonce parallèlement à son résultat trimestriel un plan de restructuration et de réduction des charges, comprenant la suppression de quelque 200 emplois, dont 110 au siège de Bâle. Les effectifs seront ainsi ramenés à 2230 d'ici la fin de l'année. Straumann espère que ces mesures lui permettront d'économiser 18 à 20 mio CHF.

REMANIEMENTS À TOUS LES NIVEAUX

La direction du groupe, tout comme le conseil d'administration, assistent également à un certain nombre de remaniements. Frank Hemm, qui assurait la direction des régions Europe-Moyen Orient-Afrique (EMEA), Amérique latine et distribution, reprend la direction du nouveau département solutions clients et marketing.

Sandro Matter, anciennement chef de l'unité d'entreprise prosthétiques, chapeaute désormais le projets stratégiques et les alliances. Wolfgang Becker et Guillaume Daniellot, en charge jusqu'ici respectivement des ventes en Europe centrale et en Europe de occidentale et en Amérique latine, de même que Gerhard Bauer (recherche, développement et opérations), rejoignent le conseil d'administration. René Willi enfin, qui dirigeait l'unité chirurgie, a décidé de poursuivre sa carrière en dehors de Straumann, précise le communiqué.

Le nouveau directeur général, Marco Gadola reconnaÎt que "l'organisation actuelle a été bâtie sur la base d'attentes de croissance rapide du marché. Au vu des développements actuels et des prévisions à moyen terme, la taille de nos effectifs n'est plus viable." La nouvelle organisation de l'exécutif et de l'organe de surveillance répond à la volonté "d'augmenter notre réactivité et de nous concentrer sur les besoins des clients", a-t-il poursuivi.

Au niveau des prévisions ("hors circonstances inattendues"), s'attend à ce que le marché européen demeure morose, mais compte sur les marchés "attractifs" que sont l'Amérique du Nord, la Chine et le Brésil pour améliorer sa rentabilité en 2013.

jh/rp



(AWP / 29.04.2013 18h45)