Trop d'Allemands en Suisse, pour plus d'un tiers des Alémaniques

Zurich/Baden (AP) — Plus d'un tiers des Alémaniques pensent qu'il y a trop d'Allemands en Suisse. C'est ce qui ressort d'un sondage commandé par le "SonntagsBlick". Il fait suite à des déclarations hostiles de la conseillère nationale Natalie Rickli (UDC/ZH), qui ont suscité de vives réactions outre-Rhin.

Le sondage a été réalisé par l'institut Isopublic entre mercredi et samedi auprès de 1.001 personnes en Suisse alémanique.

A fin 2010, plus de 260.000 Allemands vivaient en Suisse, sur 7,9 millions d'habitants. C'est la deuxième nationalité la plus fortement représentée, avec une part de 14,9%, après les Italiens (16,3 et devant les Portugais (12%).

Lorsque Natalie Rickli déclare qu'il y a trop d'Allemands en Suisse, 36% des sondés approuvent. La majorité, 58%, estiment toutefois que le nombre de ces voisins immigrés est juste. Si une limitation de l'immigration en provenance d'Allemagne était possible, 37% des personnes interrogées la soutiendrait, alors que plus de 58% ne le souhaite pas. Une large majorité des sondés, 76,9%, déclare être souvent en contact avec des Allemands, que ce soit dans la vie privée ou professionnelle.

Natalie Rickli a tenu ses propos provocants la semaine dernière sur "Tele Züri", demandant d'introduire la "clause de sauvegarde" vis-à-vis de l'Allemagne. Cette possibilité de restreindre provisoirement la libre circulation des personnes a été activée le 18 avril dernier pour huit pays d'Europe centrale et orientale membres de l'UE. Elle ne peut pas l'être pour les autres Etats membres.

Plusieurs médias allemands ont réagi, déclenchant la polémique. Les effets n'ont pas tardé à se faire sentir, des touristes allemands ayant depuis renoncé à un séjour en Suisse: "nous avons enregistré les premières annulations dans nos succursales en Allemagne", a déclaré au journal alémanique "Der Sonntag" Jürg Schmid, directeur de l'organisation Suisse Tourisme. Responsable de la promotion touristique valaisanne, Urs Zenhäusern a pour sa part reçu une dizaine de courriels en ce sens.

La présence d'Allemands en Suisse et ses effets sur le marché de l'emploi ou les loyers est sujet à discussion depuis des années en Suisse alémanique. Dernièrement, le conflit fiscal a mis de l'huile sur le feu. Lundi (demain), quatre conseillers fédéraux doivent recevoir à Berne Winfried Kretschmann, ministre-président du Bade-Wurtemberg. AP

fr


(AP / 29.04.2012 12h01)