Accord entre cinq groupes polonais pour l'exploitation de gaz de schiste


VARSOVIE - Cinq grands groupes polonais du secteur énergétique et minier ont regroupé leurs forces pour l'exploitation de gisements de gaz de schiste en Pologne d'ici 2016, selon un accord d'un montant de 1,72 milliards de PLN (409 millions d'euros) conclu mercredi.

L'annonce de cet accord intervient deux semaines après que le pétrolier et gazier américain ExxonMobil ait décidé de se retirer de Pologne, où il a exploré des gisements de gaz de schiste mais n'en a pas trouvé en quantités commercialement exploitables. D'autres, comme Chevron, ConocoPhillips et Talisman Energy poursuivent leurs explorations.

Les patrons des groupes PGNiG (pétrole et gaz), PGE, Tauron et Enea (énergie), ainsi que le géant mondial du cuivre KGHM Polska Miedz ont signé cet accord à la bourse de Varsovie.

Le Trésor public polonais détient une participation dans chacun de ces groupes.

Nous avons créé une équipe solide avec les acteurs économiques les plus solides de Pologne, a souligné le ministre du Trésor Mikolaj Budzanowski à cette occasion.

L'exploration et l'exploitation va surtout concerner les sites de forage de PGNiG à Wejherowo, près du port de Gdansk sur la Baltique, où les gisements semblent présenter le plus d'intérêt commercial.

Wejherowo est la perle de la couronne des 15 sites de prospection concédés à PGNiG (...) et nous savons qu'il a un potentiel commercial, a déclaré à la presse Grazyna Piotrowska-Oliwa, PDG de PGNiG.

Le gaz naturel est le carburant de l'avenir, a-t-elle ajouté, présentant l'accord conclu mercredi comme une alliance stratégique.

La Pologne, pays de 38,2 millions d'habitants, dépend de ses centrales à charbon pour sa consommation d'électricité.

Mais les objectifs de l'Union européenne concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre, responsables du dérèglement climatique, l'obligent à chercher des sources d'énergie alternatives pour alimenter sa croissance économique qui devrait atteindre de 2,7% à 2,9% cette année.

Or le pays dispose de gisements de gaz de schiste exploitables évalués à 1.920 milliards de mètres cube au maximum, selon un rapport officiel de l'Institut national de Géologie (PIG) publié en mars.

Selon PIG, ces gisements placeraient la Pologne en 3e position parmi les pays européens riches en gaz, derrière la Norvège et les Pays-Bas. Leur exploitation pourrait lui assurer une indépendance énergétique par rapport à la Russie.

La Pologne consomme environ 14 milliards de mètres cubes de gaz par an, dont les 2/3 lui sont fournis par la Russie.

Selon le gouvernement polonais, l'exploitation commerciale de ces gisements pourrait commencer à partir de 2014.

L'exploitation du gaz de schiste présente, selon des experts, des risques pour l'environnement. La méthode actuelle d'extraction, la fracturation hydraulique, a été interdite en France et en Bulgarie en raison des risque de pollution des nappes phréatiques. La Roumanie a également annoncé un moratoire sur cette méthode.

EXXONMOBIL

CHEVRON

CONOCOPHILLIPS

TALISMAN ENERGY

KGHM POLSKA MIEDZ

(©AFP / 04 juillet 2012 15h42)