Algérie: prison ferme pour deux ex-hauts responsables de la Sonatrach


ALGER - L'ex-PDG de la compagnie algérienne Sonatrach Mohamed Meziane a été condamné mardi à un an de prison ferme et d'autres responsables à des peines moindres pour malversations financières, ont rapporté les médias officiels algériens.

La peine a été considérée comme clémente au vu de ce qu'avait requis il y a une semaine à Oran, à plus de 400 km à l'ouest d'Alger, le procureur: six ans ferme et un million de dinars (environ 10.000 euros) d'amende à l'encontre de M. Meziane et du PDG par intérim qui lui avait succédé, Abdelhafid Feghouli.

Outre un an de prison ferme, M. Meziane a écopé d'un an avec sursis et de 500.000 dinars d'amende (environ 5000 euros). M. Feghouli, ex-vice-président chargé de l'activité Aval du groupe pétrolier national, a eu un an de prison dont quatre mois fermes et une amende de 200.000 dinars (2000 euros).

Les trois autres accusés Benamar Touati, ex-PDG de la Société de Conditionnement et de Commercialisation des Gaz industriels (Cogiz, filiale à 100% de Sonatrach), Mekki Henni, ex-chef de département des études et développement de Sonatrach (Aval) et Nechnech Tidjini, ex-Directeur général de la Société algéro-française d'Ingénierie et de Réalisations (Safir, de droit algérien) -dont les capitaux sont détenus à 51% par Sonatrach et Sonelgaz-, de un an de prison dont quatre mois fermes.

Ils étaient inculpés de passation de marché contraire à la réglementation et dilapidation de deniers publics et jugé en vertu de la loi relative à la prévention et à la lutte contre la corruption.

Les avocats de la défense avaient plaidé l'innocence.

L'affaire remonte à octobre 2007, date de la signature d'un contrat de gré à gré selon une procédure illégale entre Cogiz et Safir sur la réalisation d'un Centre de stockage d'azote liquide.

Ce centre, au coût annoncé de 500 millions d'euros, a finalement coûté à Sonatrach moins de 400 millions d'euros. Il a été réalisé pour abriter la 16e conférence mondiale du GNL (gaz naturel liquéfié) en avril 2010 à Oran.

Chakib Khelil, ministre de l'Energie depuis fin décembre 1999, avait perdu son poste fin mai 2010 à la suite du scandale qui avait décapité la direction de Sonatrach. Il a été remplacé par Youcef Yousfi.

(©AFP / 04 mai 2011 15h14)