Allemagne: les énergéticiens veulent fermer une trentaine de centrales


BERLIN - Les énergéticiens allemands voudraient arrêter une trentaine de centrales électriques conventionnelles dans les mois à venir à cause de la concurrence des renouvelables, a indiqué jeudi le président de l'organisme qui supervise le processus.

A l'heure actuelle l'Agence des réseaux a reçu des demandes de fermeture pour 28 centrales fonctionnant au charbon ou au gaz, déclaré au quotidien Rheinische Post Jochen Homann, président de cette autorité chargée des réseaux électriques allemands, et qui doit décider en dernière instance de l'arrêt des capacités de production.

M. Homann a laissé entendre que l'Agence n'accèderait toutefois pas à toutes les demandes, pour des raisons de sécurité de l'approvisionnement. La plupart des centrales qui posent problème se situent au sud du Main, a dit M. Homann, mais nous en avons besoin pour un approvisionnement sûr.

Le fleuve Main traverse l'Allemagne d'Est en Ouest au niveau de la ville de Francfort. Au Sud, la Bavière et le Bade-Wurtemberg sont parmi les régions les plus peuplées et les plus industrialisées, et gourmandes en énergie, et le régulateur est réticent à les priver du filet de sécurité que sont les centrales conventionnelles, pour les jours où le vent ne souffle pas et où le soleil ne brille pas.

Les autres jours, la production de source renouvelable, essentiellement éolien et solaire, couvre maintenant le gros des besoins de l'Allemagne. Les énergies renouvelables sont fortement subventionnées et sont prioritaires pour alimenter le réseau, ce qui fait que bon nombre de centrales au gaz et au charbon, utilisées seulement à la marge quand la production d'énergie propre ne suffit pas, opèrent à pertes.

En août RWE, numéro deux allemand du secteur, avait annoncé la fermeture de plusieurs centrales, son grand concurrent EON prévoyait de faire de même.

La révision du système de subvention des renouvelables sera l'un des grands chantiers du nouveau gouvernement allemand, toujours en cours de constitution après les élections du 22 septembre.

(©AFP / 10 octobre 2013 09h21)

News les plus lues