Arabie saoudite/nucléaire: EDF en conflit avec son partenaire Soroof


PARIS - Le géant français de l'électricité EDF a reconnu mardi être en conflit avec la société saoudienne Soroof International, laquelle soutient que leur partenariat en Arabie saoudite s'étend au nucléaire et a engagé un arbitrage international à ce sujet.

La société Soroof International, dirigée par le prince Bandar, proche du roi, a saisi la Chambre de commerce internationale (CCI) en septembre, a précisé EDF, confirmant une information du journal Libération.

Dans le cadre du partenariat signé entre EDF et la société Soroof International en mai 2010 pour étudier d'éventuelles coopérations en Arabie saoudite dans le domaine du transport de l'électricité et de la production thermique, Soroof International a initié contre EDF en septembre 2013 une procédure d'arbitrage auprès de la Chambre de Commerce Internationale, selon une déclaration succincte transmise par l'énergéticien à l'AFP.

Soroof International estime que le champ d'action de la coentreprise formée avec EDF s'étend au nucléaire, ce que conteste EDF, déjà engagé avec d'autres partenaires dans ce domaine.

EDF considère cette demande infondée et défendra ses intérêts devant le tribunal arbitral, a ajouté le groupe.

L'énergéticien français et son compatriote Areva, liés par un partenariat avec Saudi Binladin Group, propriété de la famille Ben Laden, ont ouvert un bureau commun dans le royaume en vue de participer conjointement à un appel d'offres en préparation dans le cadre du programme nucléaire saoudien.

Le projet saoudien, étalé sur plus de vingt ans, est considérable et prévoit de réacteurs nucléaires d'une capacité totale de 17 gigawatts (soit près du tiers du parc nucléaire français). Il comprend également un volet gigantesque d'électricité renouvelable de 60 gigawatts.

mpa/map/fpo/nas

EDF

AREVA

(©AFP / 12 novembre 2013 15h51)