Areva/Uramin: Ricol pense que les comptes sont sincères


PARIS - René Ricol, ex-membre du conseil de surveillance d'Areva et auteur en 2010 d'un rapport sur les comptes du groupe nucléaire français, a jugé mardi dans un entretien au Monde que les comptes liés à l'acquisition désastreuse d'Uramin semblaient réguliers et sincères.

Sauf à découvrir que l'on nous a sciemment menti --ce qui serait grave de conséquences pour les intéressés-- je pense que les comptes et l'information financière 2010 sont réguliers et sincères, déclare au quotidien ce proche conseiller de Nicolas Sarkozy.

Le rachat par Areva pour 2,5 milliards de dollars en 2007 des trois gisements africains d'uranium de la société canadienne Uramin s'est avérée une très mauvaise opération tant au niveau financier que minier, contraignant le groupe nucléaire à passer 1,46 milliard d'euros de provisions en décembre (après 426 millions en 2010).

Entachant a posteriori le bilan d'Anne Lauvergeon à la tête d'Areva --dont elle a été évincée en juin dernier avec l'aval de l'Elysée-- le dossier est devenu politico-judiciaire, l'ex-patronne ayant déposé plainte pour des faits d'espionnage sur elle et son mari liés à Uramin.

Anne Lauvergeon, en guerre larvée avec le patron d'EDF et ami de Nicolas Sarkozy Henri Proglio à la fin de son mandat, a accusé mardi la présidence de la République d'avoir mené contre elle des opérations de déstabilisation systématique, parce qu'elle contrecarrait des intérêts privés qui souhaitaient le démantèlement d'Areva.

La débâcle Uramin s'explique aussi par la chute des cours de l'uranium, accentuée après la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

Uramin a été très probablement acheté trop cher, mais à une époque où de nombreux acteurs pronostiquaient une envolée du cours de l'uranium et dans un cadre de spéculation incroyable sur le titre (dont la valeur avait explosé dans les mois précédant l'acquisition, ndr), reconnaît M. Ricol.

Ses interlocuteurs lors de son audit de 2010 lui ont assuré n'avoir aucun doute sur la qualité et la sincérité des comptes et de l'information financière publiée avant l'audit.

Toute personne ayant une information sur un éventuel délit d'initié ou sur la surévaluation de la qualité des gisements d'Uramin avant 2010 doit la communiquer au parquet, au régulateur boursier canadien, voire à une commission parlementaire, fait valoir M. Ricol.

AREVA

EDF

(©AFP / 17 janvier 2012 16h16)

News les plus lues