Ashton regrette la poursuite de la colonisation à Jérusalem-Est


STRASBOURG (Parlement européen) - Le chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a regretté mardi à Strasbourg le feu vert donné par le gouvernement israélien à la construction de 1.100 nouveaux logements dans un quartier de colonisation juive à Jérusalem-Est.

C'est avec un profond regret que j'ai appris aujourd'hui la décision d'avancer la planification pour l'extension des colonies à Jérusalem-Est, avec de nouveaux logements à Gilo, a déclaré devant le Parlement européen Mme Ashton.

Ce plan devrait être abandonné. Ces activités de colonisation menacent la viabilité de la solution de deux Etats, et vont à l'encontre de l'engagement affiché par Israël de reprendre les négociations, a-t-elle affirmé.

Le ministère israélien de l'Intérieur a annoncé mardi avoir approuvé la construction de 1.100 nouveaux logements dans le quartier de colonisation juive de Gilo à Jérusalem-Est occupé et annexé.

Le Quartette (Etats-Unis, Union européenne, ONU et Russie), qui a appelé vendredi Israël et les Palestiniens à reprendre leurs pourparlers de paix, avait demandé aux deux parties de s'abstenir de toute provocation, a rappelé Mme Ashton.

Le député européen Daniel Cohn-Bendit (Verts) a fustigé mardi la timidité de la réaction du chef de la diplomatie européenne.

Votre position est trop faible. Vous n'avez pas dit comment obliger Israël à négocier. Dites aux Israéliens : +ou ils arrêtent tout de suite la colonisation, ou l'Union européenne soutient tout de suite l'adhésion des Palestiniens à l'ONU, lui a-t-il lancé dans l'hémicycle européen.

Ils arriveront à la paix si nous disons +Too much is too much+ (trop c'est trop), a-t-il insisté.

J'ai condamné chaque nouvelle annonce d'une colonie (...) L'annonce qui a été faite aujourd'hui est dans la continuité d'une annonce qui a été faite en 2009, s'est défendue Mme Ashton. Chaque fois que j'ai rencontré (le gouvernement israélien), je lui ai clairement dit que nous considérions que ces colonies étaient illégales et qu'elles devaient cesser, a-t-elle affirmé.

L'approbation de nouvelles constructions à Gilo a aussi été critiquée par l'ONU, évoquant un sujet d'inquiétude, et par les Etats-Unis, qui se sont dits profondément déçus.

Les négociations de paix avaient cessé il y a un an après le refus d'Israël de prolonger un moratoire sur la colonisation. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a réaffirmé dimanche qu'il ne négocierait pas avec Israël sans un gel complet de la colonisation, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

(©AFP / 27 septembre 2011 19h37)