Banqueroute d'un diocèse de Slovénie: le pape sanctionne deux évêques


CITE DU VATICAN - Le pape François a accepté mercredi les démissions des deux archevêques de Slovénie, qui avaient laissé se faire des investissements hasardeux et peu transparents conduisant le diocèse de Maribor à une banqueroute spectaculaire.

Dans un bref communiqué, le Saint-Siège a indiqué que le pape a accepté les démissions de l'archevêque de Ljubljana, Mgr Anton Stres, et de l'archevêque de Maribor, Mgr Marjan Turnsek.

Mgr Franc Kramberger, prédécesseur de Mgr Turnsek, avait démissionné en février 2011 en raison de sa gestion financière de l'archidiocèse, lourdement endetté déjà à l'époque.

Le diocèse de Maribor est en banqueroute, avec des pertes évaluées à la somme énorme de 800 millions d'euros.

Selon la nonciature en Slovénie citée par Radio Vatican, la décision a été prise en raison de la grave situation économique dans laquelle se trouve l'archidiocèse de Maribor et avec l'espoir que leurs démissions contribuent au renouveau de la vie de l'Eglise en Slovénie.

Le pape a nommé l'évêque de Novo Mesto, Mgr Andrej Glavan, administrateur apostolique de l'archevêché de Ljubljana, et l'évêque de Celje, Stanislav Lipovsek, administrateur apostoliques de Maribor.

La petite Eglise slovène compte seulement quatre diocèses et deux archidiocèses. Le pape François montre sa détermination à poursuivre l'oeuvre d'assainissement et de lutte anti-corruption déjà lancée par Benoît XVI. L'enquête vaticane avait commencé sous son pontificat.

Cité par l'agence italienne ANSA, Mgr Stres a admis que lui et son collègue avaient leur part de responsabilité, mais n'étaient pas les coupables principaux, le désastre de Maribor ayant été causé par la faillite de holdings, créés après la vente d'une banque proche de l'Eglise slovène, Krekova Banka. Cette banqueroute aurait été provoquée par des investissements hasardeux de ces holdings dans un groupe de télécommunications. D'autres sociétés gravitant autour de l'archevêché de Maribor auraient eu des problèmes financiers.

En février 2011, l'hebdomadaire italien L'Espresso avait évoqué les aventures financières dans lesquelles s'était lancé le diocèse. Selon l'hebdomadaire, le problème aurait été découvert par le Vatican quand, fin 2007, une télévision contrôlée par l'Eglise slovène avait commencé à transmettre des programmes pornographiques.

François a fait de la transparence financière un des axes de son pontificat, mais les scandales sont nombreux dans les diocèses à travers le monde.

Ainsi, lundi, le pape a accepté la démission de l'archevêque de Yaoundé, Mgr Simon-Victor Tonyé Bakot. Le prélat de 66 ans serait notamment soupçonné d'avoir trempé dans plusieurs affaires immobilières.

(©AFP / 31 juillet 2013 18h17)

News les plus lues