Barrages français: le Norvégien Statkraft vise 20% du premier round


PARIS - Le groupe public norvégien Statkraft, numéro un de l'énergie hydroélectrique en Europe, vise à remporter environ 20% du premier round de l'ouverture à la concurrence des barrages français opérés par EDF et GDF Suez, ont annoncé son PDG et son dirigeant en France jeudi.

Nous avons un objectif interne de 1.000 mégawatts (MW), a déclaré lors d'une conférence de presse le président de Statkraft France Emmanuel Soetaert, pour les appels d'offres d'un total de 5.300 MW qui devraient être attribués entre 2014 et 2016.

Le parc hydroélectrique français, d'une capacité d'environ 25.000 MW, est exploité à plus de 80% par EDF, premier producteur d'hydroélectricité dans l'Union européenne, et à environ 12% par GDF Suez, mais les concessions arrivent à échéance et leur renouvellement se fera selon les règles de la concurrence conformément aux règles européennes.

Outre les deux exploitants historiques et Statkraft, plusieurs autres grands groupes sont sur les rangs pour le premier round: l'allemand E.ON, l'italien Enel, le suédois Vattenfall...

Baptisée l'or bleu ou la houille blanche, l'énergie hydroélectrique aiguise tous les appétits, grâce à son avantage: une énergie propre et facilement modulable.

Les premiers appels d'offres, déjà plusieurs fois retardés (ils étaient initialement prévus dès fin 2009) sont espérés rapidement, plus de trois ans après le début du processus en 2008.

Nous ferons une offre tout seuls, a confirmé le PDG Christian Rynning Toennesen.

Sur les dix premières concessions hydrauliques françaises qui seront ouvertes à la concurrence, Statkraft a l'intention d'être candidat aux six plus grosses, celles de plus de 100 mégawatts, a-t-il expliqué.

Le groupe, détenu à 100% par l'Etat norvégien, vise les installations des vallées d'Ossau, du Drac, de la Truyère, de la Bissorte, de la Dordogne et du Beaufortain.

Statkraft met en avant son expérience de leader européen avec une production de 51 térawatt-heures, et l'exemple de vallées en Norvège où il enfouit actuellement les stations et les canalisations hydrauliques.

La Norvège, avec plus de 120 térawatt-heures d'électricité produite par an, est le premier pays producteur d'énergie hydraulique en Europe, loin devant la Suède (2e) et la France (3e), qui sont un peu au dessus de 60 térawatt-heures.

EDF

GDF SUEZ

E.ON

ENEL

(©AFP / 24 novembre 2011 14h46)