Berlin assure Belgrade de son soutien à sa candidature à l'UE


BELGRADE - Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a affirmé jeudi à Belgrade que son pays soutenait fermement la Serbie pour obtenir rapidement le statut de candidat à l'Union européenne.

Je me trouve ici pour montrer que nous apprécions ce que vous avez fait jusqu'à présent et pour vous encourager pour les derniers progrès à accomplir, a déclaré M. Westerwelle à la presse à l'issue d'un entretien avec son homologue serbe, Vuk Jeremic.

Le prochain pas est le statut de candidat à l'UE. L'Allemagne voudrait voir ce pas franchi lors de la prochaine réunion du Conseil européen les 1er et 2 mars à Bruxelles, a-t-il assuré.

Bruxelles, et surtout Berlin, exigent des progrès dans les pourparlers entre Belgrade et Pristina, parrainés par l'UE, avant d'octroyer à la Serbie le statut de candidat. Une nouvelle session de pourparlers est en cours actuellement à Bruxelles.

Le Kosovo a unilatéralement proclamé en 2008 son indépendance de la Serbie, qui refuse farouchement de la reconnaître.

Dans la soirée à Belgrade, M. Westerwelle a rencontré le président serbe Boris Tadic. Ce dernier l'a assuré que la Serbie adoptait une approche constructive dans le dialogue avec Pristina et était totalement ouverte pour trouver une solution aux questions encore en débat.

Je crois que nous avons rempli toutes les conditions requises pour l'obtention du statut de candidat à l'UE, a dit M. Tadic dans un communiqué.

Jeudi soir, les Serbes du nord du Kosovo ont annoncé la réouverture de deux passages frontaliers avec la Serbie, qu'ils bloquaient depuis juillet, répondant ainsi à une exigence de l'UE qui doit prochainement se prononcer sur le statut de candidat demandé par Belgrade.

Ce blocage était intervenu après que Pristina eut dépêché des unités spéciales de la police kosovare pour imposer sa présence à ces passages frontaliers qui échappent à son contrôle.

Suite à cette tentative, les Serbes du nord du Kosovo, région adossée à la Serbie où ils sont majoritaires, ont répondu en érigeant des barricades.

De violents heurts s'étaient produits à plusieurs reprises. Un policier kosovar avait été tué par balle et des dizaines de manifestants et de soldats de la Force de l'Otan au Kosovo avaient été blessés.

(©AFP / 23 février 2012 20h50)