Brésil: un couple d'écologistes assassinés dans une embuscade en Amazonie


RIO DE JANEIRO - Un couple d'écologistes a été assassiné mardi par balles lors d'une embuscade dans l'Etat amazonien du Para, l'un des plus violent du Brésil en matière de conflits agraires, ont indiqué mercredi les autorités.

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a ordonné une enquête rigoureuse de la police fédérale pour arrêter les responsables du double meurtre dans cette région où les grands propriétaires terriens, commanditaires présumés d'assassinats de petits paysans, bénéficient le plus souvent d'une impunité totale.

La direction nationale de la Commission Pastorale de la Terre (CPT), liée à l'Eglise catholique, a manifesté mercredi son extrême tristesse et indignation, pour ce double assassinat qualifié comme une action de plus de l'agrobanditisme et aussi d'une mort annoncée de plus, dans un communiqué à l'AFP.

José Claudio Ribeiro da Silva et Maria do Espirito Santo da Silva ont été tués par des tueurs à gages mardi matin alors qu'ils avaient arrêté leur camionnette pour vérifier l'état d'un petit pont dans la commune de Maçaranduba, dans le sud-ouest de l'Etat.

Les tueurs ont tiré plusieurs balles sur Maria et sur José Claudio dont ils ont coupé une oreille avant de prendre la fuite.

Le couple d'écologistes faisait partie d'une ONG fondée par le récolteur de latex et écologiste Chico Mendes, assassiné lui-aussi par des tueurs en 1988 en Amazonie.

Le responsable de cette ONG à Belem (capitale du Para), Ataginaldo Matos, a déclaré à la presse que le couple recevait des menaces de mort depuis 2008, après avoir commencé à dénoncer les déboisements clandestins de la forêt pour la production de charbon et la création de pâturages.

Ils luttaient pour la préservation de la forêt et contre les bûcherons clandestins au moment où le nouveau code forestier était en discussion au parlement, a souligné Ataginaldo Matos, précisant que les tueurs ont coupé une oreille de José Claudio pour la remettre au commanditaire des meurtres.

La direction de la CPT a réaffirmé la responsabilité de l'Etat pour ce crime et a dénoncé la fait que la justice est toujours très rapide pour juger les demandes de l'élite agraire mais plus que lente pour juger les crimes perpétrés contre les petits paysans.

La certitude de cette impunité alimente la violence, ajoute la CPT.

Dans l'Etat du Para, 1.237 travailleurs ruraux ont été assassinés au cours des 33 dernières années et dans trois cas seulement les commanditaires, toujours des propriétaires terriens, ont été jugés et condamnés, selon l'organisation catholique.

Le Brésil s'est réveillé avec la nouvelle de l'assassinat d'un défenseur de la forêt amazonienne et est allé se coucher avec la nouvelle que la majorité des députés approuvait l'assassinat de nos forêts, a déclaré à l'AFP un responsable de Greenpeace, Paulo Adario.

La Chambre des députés du Brésil a approuvé mardi soir une révision du code forestier de 1965, un projet de loi polémique assouplissant la protection de l'Amazonie.

(©AFP / 25 mai 2011 22h23)

News les plus lues