Bulgarie: mesures proposées pour assainir le secteur de l'énergie


SOFIA - Le ministère bulgare de l'Energie a appelé mardi à des contrôles plus stricts et des sanctions contre les producteurs d'électricité, et à de nouvelles règles pour l'exportation, pour assainir un secteur énergétique au bord de l'asphyxie.

Le secteur énergétique est en très mauvaise santé, gangrené par l'inefficacité, la surcapacité et la surproduction, a estimé mardi le ministre Assen Vassilev, lors d'une conférence de presse.

Il a demandé l'arrêt temporaire de l'activité de tous les producteurs d'énergies renouvelables qui ont enfreint la réglementation en matière de sécurité ces neuf derniers mois, et a demandé pour les autres des amendes s'ils ne respectaient pas les productions prévues.

La Bulgarie a observé une explosion des énergies renouvelables au cours des dernières années, grâce à un système incitatif pour les entreprises.

Près de 40% des parcs éoliens et solaires ont toutefois systématiquement omis d'informer les opérateurs du réseau de leur production fluctuante, causant ainsi des risques de sécurité, a estimé le ministre.

Ils allument et éteignent (leur production) sans préavis, créant un problème pour le système, ce qui pourrait le faire exploser, a ajouté Assen Vassilev.

La Bulgarie devrait également réduire ses frais de transfert d'électricité pour l'exportation, et étudier les mesures envisageables pour augmenter les limites de ses exportations vers la Turquie voisine.

Ces mesures ne sont qu'une première étape pour renforcer le secteur énergétique, fragilisé par la baisse de la consommation domestique et des exportations, a précisé le ministère. L'activité de certaines centrales au charbon du pays avait été temporairement arrêtée.

De nouvelles mesures sont nécessaires pour stimuler l'efficacité du secteur, et accélérer la libéralisation du marché, la Bulgarie ayant été visée par la Cour européenne de Justice en janvier, a expliqué Vassilev.

La consommation domestique et les exportations d'électricité n'atteignent pas la moitié de la capacité actuelle de production d'électricité en Bulgarie, qui est de 12.000 mégawatts, selon les données du ministère.

Les factures élevées d'électricité en janvier ont provoqué d'importantes manifestations en Bulgarie contre la pauvreté et la corruption, et ont amené à la démission le 20 février du gouvernement de centre-droit du Premier ministre conservateur Boïko Borissov.

Pour essayer d'apaiser la colère des manifestants, l'Autorité de régulation de l'énergie a décidé d'abaisser les prix de l'électricité des trois distributeurs d'énergie en Bulgarie (l'autrichien EVN et les tchèques Energo Pro et CEZ) de près de 7%.

EVN AG

CEZ

(©AFP / 26 mars 2013 13h59)