Cannabis : un débat dépassionné après les présidentielles


PARIS - Le Pr Michel Reynaud, vice-président de la Fédération française des addictions (FFA), s'est prononcé jeudi, à propos de la polémique sur une dépénalisation du cannabis, pour un débat dépassionné, après les présidentielles, et un débat scientifique.

Il faut sortir du front contre front absurde, a-t-il déclaré à l'AFP, à l'occasion de la présentation du Livre blanc de l'addictologie française.

L'abord légal-illégal est dépassé, parce que on ne peut pas limiter la toxicité d'un produit au fait qu'il est illégal, a-t-il dit. Donc il doit y avoir un abord un peu plus intelligent et des mesures un petit peu plus pragmatiques.

C'est un débat dont on ne souhaiterait pas qu'il se tienne maintenant, parce qu'il va être instrumentalisé et poussé aux extrêmes, a affirmé le Pr Reynaud, responsable de l'Albatros (Centre d'enseignement, de recherche et de traitement des addictions, hôpital Paul Brousse, AP-HP).

La loi de 70, prohibitive, a fait la preuve de son inefficacité absolue. Elle n'a pas empêché les consommations d'augmenter, a souligné le psychiatre.

On n'est plus en 70, on est en 2011 à essayer de modifier les comportements addictifs, à essayer de les réguler, à essayer de les prévenir, a-t-il ajouté.

Il nous semble que la question du cannabis se pose plutôt du côté de la sécurité publique et de l'économie que de la santé publique, et donc après, c'est à la population et aux politiques de voir s'il y a des bénéfices économiques et de sécurité à modifier la législation, a déclaré le Pr Reynaud.

La seule chose qu'on demande, c'est que la consommation privée ne soit plus criminalisée, comme au Portugal, a-t-il ajouté. Par contre il faut criminaliser, pénaliser, tous les dommages faits à autrui, a dit le médécin.

(©AFP / 09 juin 2011 16h02)

News les plus lues