Chine: nouvelle attaque de terroristes dans le Xinjiang


PEKIN - Plus de cent émeutiers, qualifiés de terroristes, ont attaqué vendredi des habitants de la région du Xinjiang à dominante musulmane, où des troubles avaient déjà fait 35 morts mercredi, selon le journal d'Etat Global Times.

Les terroristes présumés se sont déchaînés dans la ville de Hotan, attaquant de nombreuses personnes avec des armes après s'être rassemblés sur des lieux de culte, a indiqué le journal samedi.

D'après Radio Free Asia, une radio fondée par le gouvernement américain, la police aurait tiré sur les émeutiers et fait au moins deux morts et un blessé, mais le site internet officiel chinois Tianshan Web a affirmé pour sa part qu'aucun civil n'avait été blessé ni tué.

Le site ne précise pas si la police ou les représentants du gouvernement comptent des victimes dans leurs rangs.

Les terroristes, conduisant des motos, ont utilisé des couteaux comme armes et attaqué un commissariat de police, selon les informations de Global Times qui cite des témoins et indique que la situation est maintenant sous contrôle.

Radio Free Asia cite pour sa part un habitant disant que des Ouighours s'étaient fâchés contre la police qui s'était introduite en force dans une mosquée et l'avait encerclée pendant un office, la semaine dernière, parce qu'un imam avait pris des libertés avec le texte approuvé officiellement de son sermon.

La radio américaine a également cité une source selon laquelle la police avait ouvert le feu sur des Ouighours alors qu'ils sortaient d'une mosquée.

De jeunes Ouighours quittaient la mosquée sur des motos, en criant des slogans religieux... La police a pris peur et a tiré sur eux... Au moins deux sont morts et un a été blessé, selon la radio.

Après ces attaques, le président chinois Xi Jinping a déclaré que ces incidents devaient être traités rapidement pour garantir la stabilité générale de la société, a rapporté samedi Tianshan Web.

L'incident de vendredi fait suite aux troubles de mercredi qui ont été les plus meurtriers depuis 2009 dans cette région désertique du nord-ouest de la Chine où vivent environ 10 millions de personnes appartenant à la minorité ethnique ouïghour, majoritairement musulmane. Environ 200 personnes étaient mortes dans les émeutes de 2009.

La Chine a qualifié les troubles de violente attaque terroriste. Ces violences sont survenues peu avant la date anniversaire des émeutes de 2009 et avant les célébrations du ramadan, qui sont réprimées par les autorités locales, selon les Ouighours.

Hotan, située au sud du Xinjiang, est réputée pour ses mines de jade.

Selon les chiffres officiels, 46% de la population du Xinjiang sont des Ouighours et 39% appartiennent à l'ethnie dominante chinoise des Han.

Des millions de Han se sont installés dans la région au cours des dernières décennies pour y trouver du travail dans les mines de charbon et l'exploitation du gaz, et ces arrivées de nouvelles populations ont été la source de frictions dans la communauté.

Pékin dément les répressions sur les minorités ethniques qui représentent moins de 10% de l'ensemble de la population et bénéficient parfois de politiques préférentielles.

Cependant, la Chine impose des restrictions d'information sur la province rebelle du Xinjiang et l'accès à la région a été bloqué pendant plusieurs mois après les violences de 2009.

(©AFP / 29 juin 2013 06h44)

News les plus lues