Croatie: 350 médecins soupçonnés de corruption, 30 arrestations


ZAGREB - Quelque 350 médecins généralistes croates sont soupçonnés d'avoir touché des pots-de-vin pour préscrire des médicaments de la filiale locale d'une compagnie pharmaceutique allemande, dont la direction a été arrêtée, a annoncé lundi à l'AFP le ministre de la Santé.

L'équipe de direction de la société Farmal et nombre de ses collaborateurs ont été arrêtés sous l'accusation de corruption, a déclaré Rajko Ostojic, qui parle d'une trentaine de personnes.

L'enquête va se poursuivre graduellement, afin de ne pas mettre en danger le système national de santé, contre 350 médecins généralistes, a poursuivi le ministre. Quelque 5.000 généralistes exercent en Croatie.

Ces médecins sont soupçonnés d'avoir touché de l'argent pour préscrire à leurs patients des médicaments fabriqués par Farmal.

Selon sa page web, Farmal, dont le siège est à Ludbreg (nord de la Croatie), est la filiale croate du groupe allemand Dermapharm AG, et produit des médicaments génériques.

Le ministre a ajouté que l'enquête était menée par le Bureau croate de lutte contre le crime organisé (USKOK), et n'a pas fourni davantage de détails sur cette opération baptisée Hippocrate.

La lutte contre la corruption est un des domaines particulièrement surveillés par l'Union européenne en Croatie, ex-république yougoslave indépendante depuis 1991, qui est appelée à intégrer le bloc des 27 en 2013.

(©AFP / 12 novembre 2012 16h35)

News les plus lues