Des vedettes iraniennes narguent des navires américains dans le Golfe


WASHINGTON - Des vedettes armées iraniennes ont nargué des navires militaires américains à deux reprises le 6 janvier (BIEN 6) dans le Golfe, a affirmé à l'AFP un haut responsable américain de la Défense, confirmant une information de CNN.

Le premier incident s'est produit au matin dans le détroit d'Ormuz, théâtre de tensions grandissantes depuis plus d'une semaine entre Téhéran et Washington, au moment où le navire de transport amphibie USS New Orleans passait le détroit en direction du Golfe.

Trois vedettes rapides iraniennes se sont alors approchées à moins de 500 mètres du navire, ne répondant pas à ses tentatives de prise de contact par radio en dépit des règles maritimes internationales, avant de rompre le contact, a affirmé à l'AFP le lieutenant-colonel Adriane Craig, porte-parole du Centcom, le commandement américain au Moyen-Orient.

Le second incident a impliqué quelques heures plus tard un cotre des garde-côtes américains, l'USCGC Adak, qui croisait à 75 miles nautiques (près de 140 km) au large du Koweït City lorsque trois autres vedettes rapides, battant pavillon iranien, l'ont également harcelé, selon la même source.

Des marins à bord de l'Adak ont raconté avoir vu des Iraniens brandir des fusils d'assaut AK-47 et manipuler une mitrailleuse lourde, a rapporté CNN. Les vedettes ont cessé leurs manoeuvres après un échange radio avec un navire militaire iranien se trouvant dans les environs.

Lors des transits dans le détroit d'Ormuz, les navires de la Marine, des garde-côtes et la flotte auxiliaire sont régulièrement abordés par les forces maritimes iraniennes, a expliqué le lieutenant-colonel Craig.

Selon elle, il s'agit d'une posture régulière et prévisible de la part des gardiens de la Révolution iraniens, qui ont beaucoup investi ces dernières années dans ces vedettes rapides.

La semaine passée, Téhéran avait menacé les navires militaires américains de ne pas revenir dans le Golfe sous peine de faire face à toute la force de sa marine, faisant craindre une éventuelle fermeture du détroit d'Ormuz, passage stratégique pour le trafic maritime pétrolier international.

La Maison Blanche avait jugé que les avertissements de l'Iran trahissaient sa faiblesse et montraient l'efficacité des sanctions contre son programme nucléaire controversé.

Deux porte-avions américains, avec chacun près de 80 avions et hélicoptères à bord, se trouvent actuellement à proximité du détroit d'Ormuz. Le Pentagone a assuré que l'US Navy continuerait d'envoyer ses navires dans le Golfe, en passant par le goulet d'étranglement du détroit d'Ormuz.

(©AFP / 14 janvier 2012 00h04)

News les plus lues