Deux membres présumés d'Al-Qaïda arrêtés en Espagne


MADRID - La police espagnole a arrêté mardi deux militants présumés du réseau Al-Qaïda, l'un d'origine algérienne et l'autre marocaine, a annoncé le ministère de l'Intérieur, précisant que tous deux était soupçonnés d'appartenance à une cellule radicale proche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Les deux suspects ont été arrêtés à Saragosse, dans le nord de l'Espagne, et à Murcie, dans le sud-est, au terme d'une enquête menée conjointement depuis plus d'un an avec les polices française et marocaine, a ajouté le ministère dans un communiqué.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les deux hommes sont membres présumés d'une cellule radicale proche de l'organisation terroriste Aqmi, précise le communiqué.

Il s'agit de deux militants qui se seraient radicalisés ces derniers temps, accédant à des sites radicaux jihadistes, a expliqué une source judiciaire.

Selon le ministère de l'Intérieur, qui ne donne aucune précision sur ce point, le profil des deux hommes correspond à celui des deux suspects de l'attentat du marathon de Boston, aux Etats-Unis, les deux frères d'origine tchétchène Djokhar et Tamerlan Tsarnaev.

Les deux hommes arrêtés n'ont aucun lien avec cet attentat, a cependant souligné la source judiciaire, ajoutant que tous deux doivent comparaître jeudi devant le tribunal de l'Audicence nationale à Madrid, chargé des affaires de terrorisme.

Nou Mediouni, d'origine algérienne et arrêté à Saragosse, était usager d'une plateforme radicale islamiste connue, depuis laquelle des responsables d'Aqmi, basés au Mali, procédaient au recrutement de candidats au profil radical, a indiqué le ministère.

Ainsi recruté, l'homme avait reçu des instructions pour un voyage vers un camp d'entraînement jihadiste situé dans le nord du Mali. La forte présence policière internationale sur le terrain avait fait échouer ce projet et le suspect avait dû regagner l'Espagne, témoignant d'un important niveau de frustration pour ne pas avoir pu 'mourir en martyr' comme il le souhaitait, explique le communiqué.

Quant à Hassan El Jaaouani, d'origine marocaine et arrêté à Murcie, il aurait lui aussi eu des contacts avec des responsables d'Aqmi basés au Mali et chargés du recrutement de militants radicaux en Espagne, selon le ministère de l'Intérieur.

Le précédent coup de filet contre Al-Qaïda en Espagne remonte au 2 août 2012, lorsque la police avait annoncé l'arrestation dans la région de Cadix, dans le sud du pays, de trois membres présumés du réseau islamiste, deux Tchétchènes et un Turc, soupçonnés d'avoir préparé un attentat en Espagne ou ailleurs en Europe.

De précédentes arrestations de militants islamistes ont eu lieu ces dernières années en Espagne, notamment en Catalogne, dans le nord-est, et dans la région de Valence, dans l'est.

Le 11 mars 2004, le pays avait été frappé par des attentats islamistes contre des trains de banlieue à Madrid, qui avaient fait 191 morts.

(©AFP / 23 avril 2013 12h10)