Dix ans après des inondations historiques, le Gard veut se croire à l'abri


NIMES - Plans de prévention des risques, sensibilisation des écoliers, système d'alerte: depuis les terribles inondations de septembre 2002, le département du Gard a mis en place une série d'actions pour se prémunir d'une nouvelle catastrophe.

Les intempéries qui avaient touché le Sud-Est dans la nuit du 8 au 9 septembre 2002 avaient causé la mort de 22 personnes et touché 299 communes sur 353, pour plus de 830 millions d'euros de dégâts.

Après le temps des polémiques, l'Etat a durci sa doctrine en matière d'urbanisme en interdisant toute extension en zone inondable et de nouveaux Plans de prévention des risques d'inondation (PPRI) ont été élaborés.

Dans le département, 208 communes sont à ce jour couvertes par un PPRI, dont 130 par un document de nouvelle génération. Par ailleurs, 68 PPRI sont en préparation et devraient être validés d'ici à trois ans.

Parallèlement, des travaux ont été réalisés, tels que des barrages, des confortements de digues ou des ouvrages souterrains dans la traversée urbaine de Nîmes.

Malgré ces avancées, la menace reste omniprésente dans un département dont 40% de la population et 50% de l'activité économique se situent en zone inondable.

Nous avons donc développé la culture du risque à travers des animations et formations dans les écoles: 65.000 élèves ont été sensibilisés, précise Damien Alary, président PS du conseil général, qui se veut toutefois prudent et ne s'estime pas à l'abri pour autant d'un nouveau drame.

Plus de 1.000 élus et personnels territoriaux ont également participé à des modules de formation. Un guide des gestes essentiels a été publié à destination du grand public.

En cas d'intempéries, un nouveau système d'alerte et d'information a été mis au point pour prévenir l'ensemble des maires et des services publics concernés en moins de deux heures. Pour gérer la crise, la préfecture s'est équipée d'une salle opérationnelle moderne et sécurisée permettant de coordonner les opérations de secours des différents services (Etat, associations, collectivités territoriales).

De son côté, la Croix-Rouge a créé une plate-forme logistique départementale pour répondre rapidement à une situation d'urgence.

(©AFP / 15 septembre 2012 09h45)

News les plus lues