EPR finlandais: Areva n'exclut pas de nouveaux retards


OLKILUOTO (Finlande) - Areva saura d'ici la fin de l'année si des nouveaux retards et provisions financières affecteront le chantier de son réacteur EPR en construction en Finlande, ont indiqué mardi des responsables du groupe nucléaire français.

Areva est en train de consolider le planning de la phase finale du réacteur d'Olkiluoto avec son client, l'électricien finlandais TVO, a déclaré sur place à des journalistes Jean-Pierre Mouroux, le directeur du chantier.

Le dernier calendrier commun d'Areva (associé avec l'allemand Siemens) et TVO table sur une fin de chantier fin 2012 -- marquée par le chargement du combustible nucléaire dans la centrale -- et une mise en service à pleine puissance au deuxième semestre 2013.

Mais TVO a déjà annoncé le mois dernier qu'il était possible que cette mise en service n'intervienne qu'en 2014, alors que le chantier débuté en 2005 devait initialement s'achever au printemps 2009.

On va consolider cette phase de chargement de combustible, a déclaré M. Mouroux lors d'une visite du chantier. Areva annoncera dans quelques semaines si les objectifs sont de nouveau repoussés.

Une fois le combustible chargé dans l'EPR, il est prévu que la phase de lancement dure huit mois, mais Areva souligne qu'il est possible qu'elle dure plus longtemps car il s'agit d'une tête de série.

Areva doit encore rendre à TVO et à l'autorité nucléaire finlandais Stuk un ensemble de documents techniques sur le contrôle-commande, l'ensemble des systèmes contrôlant les multiples machines et robots de l'immense centrale en construction.

Nous attendons encore ces documents, a souligné Käthe Sarparanta, une responsable de TVO à Olkiluoto.

Quant à l'impact financier d'éventuels retards, Areva fera une évaluation comptable comme à chaque fin de semestre mais c'est un sujet prématuré, a déclaré le directeur financier d'Areva Pierre Auboin.

En tout état de cause, l'impact financier sera inférieur aux provisions passées jusqu'à présent, du fait notamment de la réduction du nombre d'employés sur le chantier, a-t-il souligné.

Areva a déjà passé 2,6 milliards d'euros de provisions supplémentaires pour les retards et dérapages du réacteur de troisième génération, qui viennent s'ajouter au prix de départ de 3 milliards.

La construction des bâtiments est actuellement achevée aux deux tiers, l'ensemble du projet (études comprises) étant terminé à 80%, selon Areva.

AREVA

SIEMENS

(©AFP / 08 novembre 2011 16h52)

News les plus lues