Encore trop de vitrines et façades éclairées la nuit malgré des progrès


PARIS - L'extinction obligatoire des vitrines, magasins, bureaux et façades instaurée à l'été 2013 a permis des progrès pour redonner leur place aux étoiles et alléger la facture d'électricité mais est encore loin d'être appliquée partout, selon un premier bilan établi jeudi par une association.

L'ANPCEN, association engagée sur les questions de pollution nocturne, constate de vrais progrès, avec des bâtiments désormais éteints la nuit, mais aussi de réelles inerties, ni contrôlées, ni sanctionnées dans cet état des lieux réalisé par quelque 70 correspondants dans plusieurs villes françaises entre l'automne 2013 et février 2014.

Des villes comme Angers, par exemple, figurent parmi les bons élèves avec la quasi-totalité des vitrines et des bâtiments publics éteints la nuit, alors que d'autres, comme Bourges, doivent faire mieux puisque de nombreux bâtiments publics (archives départementales, cathédrale, gare, conseil général, office de tourisme) restent illuminés au coeur de la nuit, selon cet état des lieux qui sera mis en ligne, photos à l'appui (http://www.anpcen.fr/).

Depuis le 1er juillet 2013, l'éclairage des façades des bâtiments non résidentiels, comme les monuments, mairies, écoles, gares, entreprises ou encore entrepôts, doit être coupé au plus tard à 01H00 du matin. Idem pour les vitrines de magasins entre 01H00 et 07H00 du matin, ou une heure après la fermeture lorsque l'activité se poursuit après 01H00.

Des dérogations sont possibles pour certaines zones touristiques et au moment des fêtes. Cette obligation se veut d'abord pédagogique, pour redonner toute sa place à la nuit pour des raisons notamment de biodiversité, voire de santé, mais aussi alléger un peu la facture d'électricité. Néanmoins, les contrevenants risquent théoriquement jusqu'à 750 euros d'amende, les contrôles revenant aux maires et aux préfets.

De nombreuses agences immobilières, par exemple, semblent rester allumées toute la nuit alors qu'on n'achète pas des appartements à 04H00 du matin, indique à l'AFP la présidente de l'ANCPEN, Anne-Marie Ducroux, qui cite aussi le cas d'une boutique de photographe restant allumée alors que les appareils sont retirés des présentoirs la nuit.

Mais le fait que des mairies restent elles aussi parfois éclairées au-delà des horaires légaux montre aussi que les élus eux-mêmes ont encore des progrès à faire, ajoute la responsable, qui doit être reçue la semaine prochaine par le ministre de l'Ecologie Philippe Martin pour tirer un premier bilan de cette mesure issue des engagements du Grenelle de l'environnement en 2007.

(©AFP / 13 février 2014 13h42)