Energie nucléaire: Japon et Brésil vont rediscuter de coopération


TOKYO - Le Japon et le Brésil devraient s'entendre la semaine prochaine pour reprendre les négociations sur un accord de coopération nucléaire civile qui permettrait aux entreprises japonaises de vendre aux Brésiliens des technologies et équipements de centrales atomiques, selon l'agence de presse nippone Kyodo.

Cette intention de reprise des pourparlers, interrompus à cause de l'accident nucléaire de Fukushima en mars 2011, devrait être au menu d'une rencontre entre le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, et la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, prévue jeudi prochain à Tokyo, selon la source gouvernementale de Kyodo.

Les deux dirigeants se verront dans le cadre de discussions sur le renforcement des relations économiques bilatérales.

Ce développement irait dans le sens souhaité récemment par le patron de Mitsubishi Heavy Industries (MHI), lors du séjour du président français François Hollande au Japon.

Hideaki Omiya avait alors salué la réussite de MHI et de la société française Areva en Turquie où les deux groupes partenaires sont en négociations exclusives pour la construction de quatre réacteurs.

J'espère que nous pourrons avoir le soutien des deux gouvernements pour nous implanter aussi dans d'autres régions, en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique Latine et notamment au Brésil, avait déclaré M. Omiya.

La France a pour sa part déjà conclu un accord intergouvernemental de coopération nucléaire civile avec le Brésil.

Ce vaste pays sud-américain, où deux centrales nucléaires sont déjà en service, espère augmenter la part de cette forme de production d'électricité, du fait de besoins croissants.

Le Japon et le Brésil avaient entamé des pourparlers en janvier 2011 en vue de signer un pacte de coopération nucléaire civile pour l'utilisation pacifique de l'énergie atomique.

L'accident de Fukushima, déclenché par le séisme et le tsunami dévastateurs du 11 mars 2011, a conduit à une suspension, mais le gouvernement de droite de M. Abe, au pouvoir depuis fin décembre dernier, est bien décidé non seulement à relancer les centrales au Japon mais aussi à promouvoir les technologies nucléaires nippones à l'extérieur.

Un pacte de coopération nucléaire civile établit un cadre juridique pour garantir la non-prolifération tout en autorisant l'utilisation pacifique et le transfert de technologies et équipements atomiques ainsi que de combustible.

En mai, le Japon a signé des accords de coopération nucléaire civile avec les Emirats arabes unis et la Turquie, et a convenu d'accélérer les négociations en ce sens avec l'Inde.

Le Japon a en outre accepté dimanche dernier, lors d'une visite en Europe de M. Abe, d'approfondir la coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire avec le Groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie).

kap/fw/php

MITSUBISHI HEAVY INDUSTRIES

AREVA

(©AFP / 20 juin 2013 08h12)