Espace: Washington se joint à l'Europe pour élaborer un code de conduite


WASHINGTON - Les Etats-Unis ont décidé de se joindre à l'Union européenne (UE) et à d'autre pays pour élaborer un code international de conduite des activités spatiales afin d'en maintenir la stabilité et la sécurité, a annoncé mardi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Un code de conduite contribuera à maintenir à long terme la sécurité, la stabilité et la sûreté de l'espace en établissant une charte pour un usage responsable de l'espace, a-t-elle déclaré dans un communiqué publié par le département d'Etat.

Notre environnement spatial est gravement menacé à long terme par les débris orbitaux et des acteurs irresponsables et assurer la stabilité, la sûreté et la sécurité de nos systèmes spatiaux est d'un intérêt vital pour les Etats-Unis et la communauté mondiale, a-t-elle ajouté.

Ces systèmes assurent la libre circulation de l'information via des plateformes qui ouvrent nos marchés mondiaux, améliore les prévisions météorologiques, la surveillance de l'environnement et permettent la navigation et le transport dans le monde, a-t-elle souligné.

Le Pentagone a aussitôt apporté son soutien à cette décision: le département de la Défense soutient le concept d'un code international de conduite pour les activités dans l'espace, déclare dans un communiqué son porte-parole George Little.

Le projet européen de code de conduite pour les activités orbitales est une base prometteuse pour un code international, ajoute-t-il, jugeant que cela peut renforcer la sécurité nationale des Etats-Unis par l'encouragement de comportements plus responsables qui réduisent le risque d'erreur, de mauvaise interprétation et de méfiance.

En février 2009, l'Union européenne avait présenté une proposition en vue d'établir un code international volontaire pour l'utilisation civile et militaire de l'espace lors de la Conférence sur le désarmement à Genève.

Cette initiative avait été dévoilée quelques jours après la collision entre des satellites russe et américain.

Ce projet de code de conduite qui comprend des engagements sur la sûreté des objets orbitaux, avait déjà été approuvé par les ministres de l'UE en décembre 2008, bien avant cette collision.

Mais Hillary Clinton a insisté mardi sur le fait que les Etats-Unis ont clairement indiqué à leurs partenaires qu'ils ne prendraient pas d'engagement dans ce code de conduite qui constituerait la moindre contrainte à leurs activités liées à leur sécurité nationale dans l'espace ou à leur capacité de protéger leur territoire et leurs alliés.

En 2008, Moscou et Pékin avaient proposé un traité visant à interdire l'utilisation d'armes dans l'espace, mais les Etats-Unis l'avaient rejeté, considérant que le document présentait des lacunes.

Washington regrettait ainsi que ce traité n'interdise pas les systèmes terrestres antisatellite dont la Chine a fait la démonstration contre un de ses satellites désaffecté en janvier 2007, provoquant une vive inquiétude à Washington.

Selon la NASA, on compte actuellement environ 19.000 objets orbitaux connus de plus de 10 cm et approximativement 500.000 débris de un à dix centimètres qui sont traqués par un système de radar du Pentagone et de l'agence spatiale américaine.

(©AFP / 18 janvier 2012 00h50)