Fête de l'Indépendance: manifestation de l'extrême droite à Varsovie


VARSOVIE - Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont marché lundi à Varsovie à l'appel de l'extrême droite, avant que leur manifestation ne soit dissoute en fin d'après-midi, après des incidents.

Selon les organisateurs, environ 50.000 personnes ont participé à cette manifestation qui a traversé le centre de la capitale polonaise à l'occasion de la fête de l'Indépendance de la Pologne célébrée le 11 novembre. La police, elle, n'a pas donné de chiffre.

Peu avant la fin de la manifestation, la mairie de Varsovie a décidé de la dissoudre, à la suite d'incidents provoqués par des groupes de jeunes en cagoules, dont certains arboraient les symboles de clubs polonais de football. Les participants ont cependant poursuivi leur marche vers un autre rassemblement prévu en toute fin d'après-midi.

Lors de la marche, des groupes de jeunes cagoulés ont brûlé une guérite de police situé près de l'ambassade de Russie et lancé, selon les médias, quelques pétards sur le terrain de l'ambassade.

Le ministère polonais des Affaires étrangères a exprimé ses regrets pour ces bourdes devant l'ambassade de Russie, a déclaré le porte-parole du ministère Marcin Wojciechowski sur Twitter.

Il n'y a aucune excuse pour le hooliganisme. Nous condamnons les violations de la Convention de Vienne, a-t-il ajouté.

Plus tôt dans l'après-midi, des manifestants cagoulés ont attaqué un squat occupé par l'extrême gauche, endommagé plusieurs voitures, et brûlé sur une place centrale de la capitale une installation artistique représentant un grand arc-en-ciel en fleurs artificielles et symbolisant la tolérance.

Environ 200 hooligans sympathisants fascistes ont attaqué notre squat avec des pierres et des cocktails Molotov. Ils ont essayé d'y pénétrer mais nous avons réussi à les repousser, a dit à l'AFP un jeune résidant de ce squat portant un masque de ski et refusant de donner son nom.

Certains manifestants, masqués, ont aussi attaqué la police à coups de jets de pierres et de bouteilles. La police a répondu par des gaz lacrymogènes et tirs de balles en caoutchouc.

Cinq policiers ont été hospitalisés, alors qu'une quinzaine de personnes ont été arrêtées, selon le porte-parole de la police Mariusz Sokolowski.

La manifestation était organisée à l'appel d'organisations d'extrême droite non représentées au Parlement. Les manifestants, brandissant des drapeaux polonais blanc et rouge et chantant des slogans tels que Dieu, Honneur, Patrie, ont notamment réclamé la démission du gouvernement libéral de Donald Tusk.

Cette manifestation s'est déroulée après la cérémonie traditionnelle avec la participation du président Bronislaw Komorowski pour célébrer l'indépendance de la Pologne et à laquelle quelques milliers de personnes ont participé.

Le chef de l'Etat, ainsi que le Premier ministre Donald Tusk et d'autres personnalités ont déposé des fleurs au pied des monuments des pères de l'indépendance polonaise. La marche présidentielle s'est achevée avant le début de celle de l'extrême droite.

Ces évènements se sont déroulés alors que les délégués de quelque 190 pays ont ouvert lundi à Varsovie la conférence de l'ONU sur le changement climatique.

De nombreux autres rassemblements et évènements étaient également organisés à travers tout le pays pour marquer le 95e anniversaire du retour à l'indépendance de la Pologne.

Du côté de l'opposition, le parti conservateur Droit et Justice de Jaroslaw Kaczynski a choisi de son côté d'organiser ses propres célébrations à Cracovie(sud).

La Pologne a retrouvé son indépendance le 11 novembre 1918 après avoir été rayée de la carte de l'Europe par la Russie, la Prusse et l'Autriche-Hongrie qui se sont partagés son territoire à la fin du XVIIIe siècle.

(©AFP / 11 novembre 2013 20h09)