Forages pétroliers en Guyane : Shell dit vouloir protéger l'environnement


PARIS - Shell fait de la sécurité et de la protection de l'environnement ses priorités pour la campagne controversée de forages qu'il s'apprête à lancer au large de la Guyane, a assuré le patron de Shell France, Patrick Roméo, dans un entretien au Bulletin de l'industrie pétrolière (BIP) à paraître mardi.

Notre priorité, c'est le zéro accident et la protection maximale de l'environnement, a déclaré M. Roméo au BIP, en confirmant que le forage devrait effectivement démarrer cette semaine, comme l'avait indiqué ce week-end un responsable de Shell en Guyane.

Le groupe prévoit de procéder en tout à quatre forages d'ici à juin 2013, a-t-il rappelé, et le premier devrait durer trois mois. Mais la priorité, c'est la sécurité, ce n'est pas la vitesse qui doit l'emporter, a-t-il ajouté.

Il assure également que la société a fait tous les choix qui permettent de minimiser l'impact environnemental de ces opérations, alors que les projets de forages au large du département ultramarin suscitent les inquiétudes des ONG.

Interrogé sur le changement de titulaire au ministère de l'Ecologie, où Nicole Bricq, qui avait voulu suspendre cette campagne de forages, a été remplacée la semaine dernière par Delphine Batho, le patron de Shell France assure n'y être pour rien, même s'il reconnaît avoir fait campagne pour défendre l'exploration pétrolière en Guyane.

Nous nous sommes attachés tout au long de ces derniers jours à expliquer le projet à l'ensemble des parties prenantes, avec un soutien très fort des élus guyanais. Quant au changement de ministre, aucune compagnie ne pourrait avoir la prétention d'influer sur le choix des hommes et des femmes d'un gouvernement, a-t-il déclaré.

Shell a reçu vendredi deux arrêtés préfectoraux qui l'autorisent à lancer une campagne de forages exploratoires au large de la Guyane et à mener des études sismiques qui permettront de continuer à évaluer le potentiel guyanais en hydrocarbures, après la découverte l'an dernier d'or noir par 6.000 mètres de profondeur.

La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise est devenue en février l'opérateur de ce projet au sein d'un consortium dont elle détient 45% aux côtés de Tullow (27,5%), Total (25%) et Northpet (2,5%).

ROYAL DUTCH SHELL

TULLOW OIL PLC

TOTAL

(©AFP / 25 juin 2012 16h10)


News les plus lues