Gaz de schiste: Londres envisage un régime fiscal généreux


BIRMINGHAM (Royaume-Uni) - Le gouvernement britannique envisage de mettre au point un régime fiscal généreux pour encourager la production de gaz de schiste, décriée par les écologistes, et être compétitif par rapport aux Etats-Unis, a annoncé lundi le ministre des Finances George Osborne.

Nous discutons actuellement d'un nouveau régime fiscal généreux pour le gaz de schiste afin que la Grande-Bretagne ne soit pas à la traîne alors que les prix du gaz chutent de l'autre côté de l'Atlantique, a déclaré M. Osborne lors du congrès du parti conservateur à Birmingham (centre de l'Angleterre). Aux Etats-Unis, premier producteur mondial, le gaz de schiste a permis une très forte baisse des prix.

Selon M. Osborne, le développement de la production de gaz de schiste permettrait de créer des emplois et d'améliorer la sécurité énergétique du pays.

Le seul gisement de gaz de schiste opérationnel en Grande-Bretagne est situé dans la région côtière du Lancashire (nord-est de l'Angleterre) mais la firme britannique Cuadrilla Resources avait interrompu ses forages exploratoires l'an dernier après des secousses telluriques.

Le ministre de l'Energie Ed Davey a indiqué lundi espérer pouvoir donner son feu vert à la reprise des forages alors que des experts nommés par le gouvernement l'avaient recommandé en avril dernier tout en reconnaissant que la technique controversée de fracturation hydraulique pouvait être à l'origine de ces secousses.

L'exploitation du gaz de schiste est controversée, ses opposants jugeant la fracturation hydraulique très polluante. Cette technique de forage, interdite en France mais très utilisée aux Etats-Unis, consiste à fracturer la roche en grande profondeur avec un mélange d'eau et de produits chimiques projeté à haute pression, afin d'en libérer les hydrocarbures.

L'annonce de M. Osborne a été saluée par le patronat britannique, l'organisation CBI jugeant qu'il était sensé de produire le plus possible d'énergie à un coût raisonnable sur le sol britannique.

Les écologistes ont en revanche rejeté l'idée de M. Osborne. Ces généreuses déductions fiscales montrent clairement que le ministre n'écoute pas les mises en garde de plus en plus bruyantes d'hommes politiques, d'entreprises et d'experts du climat de premier plan au sujet de la course imprudente au gaz, a dénoncé Craig Bennett des Amis de la Terre.

En France, pays qui abriterait parmi les plus grands gisements d'Europe, le président François Hollande a annoncé mi-septembre le rejet de demandes de permis d'exploration soupçonnés de viser le gaz de schiste.

(©AFP / 08 octobre 2012 17h12)