Gaz de schiste : l'Ufip déçue du rejet de la proposition du rapport Gallois


PARIS - L'Union française des industries pétrolières (Ufip) s'est dite déçue que le gouvernement ait rejeté lundi la recommandation du rapport Gallois en faveur de la recherche sur l'exploitation des gaz de schiste, mais a estimé que cela ne mettait pas fin au débat.

Nous sommes déçus que le gouvernement referme la porte aussi rapidement à cette proposition, mais pour nous, cela prouve que le débat n'est pas clos, et donc nous allons continuer à en parler, a déclaré à l'AFP Jean-Louis Schilansky, président de l'organisation professionnelle.

Pour l'instant tout a été bloqué en France en matière de recherche sur le sujet, suite à l'interdiction l'an dernier de la fracturation hydraulique, seule technologie existante permettant d'extraire le gaz de schiste du sous-sol, mais les groupes du secteur vont suivre de près et participer aux travaux de recherche menés à l'étranger, a-t-il ajouté.

Le commissaire général à l'investissement Louis Gallois plaide pour que la recherche sur les techniques d'exploitation des gaz de schiste soit poursuivie, dans son rapport sur la compétitivité remis lundi au gouvernement.

La France pourrait d'ailleurs prendre l'initiative de proposer avec l'Allemagne à ses partenaires européens un programme sur ce sujet, a avancé Louis Gallois, soulignant qu'aux Etats-Unis, où le gaz naturel est désormais deux fois et demie moins cher qu'en Europe, l'exploitation du gaz de schiste soutient l'amorce de réindustrialisation du pays et réduit la pression sur sa balance commerciale.

Mais les services du Premier ministre, sans même attendre que Jean-Marc Ayrault ne détaille mardi ses propres mesures sur la compétitivité, ont assuré que cette proposition ne serait pas retenue et que la ligne du président François Hollande était inchangée, alors que cette recommandation menaçait de mettre le feu aux poudres au sein de la majorité.

(©AFP / 05 novembre 2012 18h22)