Gaz: l'Ukraine veut négocier la facture injuste de Gazprom


VILNIUS - Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a estimé mercredi que la facture de 7 milliards de dollars de Gazprom était injuste et a affirmé qu'il était prêt à négocier avec la Russie.

Nous avons dit à Gazprom que nous estimons que cette facture est injuste et que nous sommes prêts à en discuter dans des négociations avec la Russie, a-t-il déclaré à la presse lors d'une visite en Lituanie.

Fin janvier, un haut responsable ukrainien avait dit à l'AFP que Kiev ne paierait pas.

La société d'Etat ukrainienne Naftogaz a confirmé avoir reçu cette facture de 7 milliards de dollars qui correspond à du gaz non consommé qu'elle aurait dû acheter l'an passé, conformément au contrat conclu en 2009.

Le président Ianoukovitch a estimé mercredi que les prix du gaz russe pour l'Ukraine ne sont pas calculés de façon objective mais a rejeté la responsabilité de cette situation sur son rival politique, l'ex-Première ministre emprisonnée Ioulia Timochenko.

Bien sûr, les prix du gaz ne sont pas calculés de façon objective, c'est injuste, mais c'est le résultat du contrat signé par le précédent gouvernement, à savoir les conséquences des contrats signés par Timochenko, a-t-il dit.

Les poursuites engagées contre Mme Timochenko (53 ans), incarcérée depuis août 2011, ont provoqué une grave crise entre l'Ukraine et les Occidentaux, qui y voient des motivations politiques.

L'Ukraine tente depuis des mois, en vain, de négocier avec Gazprom à la baisse le prix du gaz russe.

Gazprom a présenté sa facture alors que l'Ukraine signait avec Shell un important contrat de production de gaz de schiste qui pourrait déboucher sur un investissement de plus de 10 milliards de dollars.

Le président ukrainien a fait ces déclarations sur le dossier gazier lors d'une conférence de presse avec son homologue lituanienne, Dalia Grybauskaite, qui a de son côté averti que l'Union Européenne suivait de très près le déroulement des procès des opposants politiques.

La Lituanie, ex-république soviétique, va assurer au second semestre la présidence tournante de l'UE.

GAZPROM

ROYAL DUTCH SHELL

(©AFP / 06 février 2013 14h29)