Gaza: aucune justification pour la violence du Hamas


WASHINGTON - La Maison Blanche a affirmé jeudi qu'il n'y avait aucune justification pour la violence du Hamas, à la suite d'une escalade des hostilités avec Israël, et a appelé notamment Le Caire et Ankara à intervenir auprès du mouvement islamiste pour calmer la situation.

Nous condamnons avec fermeté les tirs soutenus de roquettes de Gaza vers Israël, et nous regrettons que des civils innocents, Israéliens et Palestiniens, aient été tués ou blessés dans les violences qui en ont découlé, a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, en imputant au Hamas la responsabilité de l'engrenage.

Il n'y a aucune justification pour la violence que le Hamas et d'autres organisations terroristes emploient contre les Israéliens. Nous demandons aux responsables de ces actes lâches d'y mettre immédiatement un terme pour permettre à la situation de se calmer, a ajouté M. Carney face aux journalistes dans l'avion présidentiel Air Force One qui transportait M. Obama vers New York.

Le Hamas prétend que les intérêts des Palestiniens sont chers à son coeur, mais il continue à avoir recours à des violences qui sont contre-productives pour la cause palestinienne, a dénoncé le porte-parole américain.

Attaquer Israël de façon quasi-quotidienne ne fait rien pour aider les Palestiniens de Gaza ou rapprocher les Palestiniens d'une autodétermination, a insisté M. Carney.

Ces déclarations s'inscrivent dans la continuité du compte-rendu américain d'une conversation téléphonique ayant eu lieu mercredi entre M. Obama et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le président américain a appelé son interlocuteur à faire tous les efforts possibles pour éviter des victimes civiles tout en soutenant le droit d'Israël à se défendre contre les attaques du Hamas.

MM. Obama et Netanyahu sont d'accord sur le fait que le Hamas doit cesser ses attaques contre Israël pour permettre une désescalade de la violence, avait précisé la Maison Blanche, considérant ainsi clairement le mouvement islamiste comme responsable de la situation.

Un autre responsable de la Maison Blanche a en outre indiqué jeudi que l'administration américaine avait demandé à la Turquie et à l'Egypte d'intervenir auprès du Hamas.

Nous avons également exhorté ceux qui ont une certaine influence sur le Hamas, comme la Turquie et l'Egypte, et certains de nos partenairees européens, à utiliser cette influence pour demander une désescalade au Hamas, a précisé le conseiller adjoint de sécurité nationale américain, Ben Rhodes.

Lors d'une conférence téléphonique, M. Rhodes a souligné que la poursuite des violences fera peser davantage de menaces sur les civils.

(©AFP / 15 novembre 2012 22h48)

News les plus lues