Gazprom veut se lancer dans le pétrole de schiste


MOSCOU - Le géant gazier russe Gazprom a indiqué lundi vouloir travailler activement pour se lancer dans l'exploitation du pétrole de schiste, tout en répétant que la production de gaz de ce type n'était pas d'actualité en Russie.

Contrairement à l'extraction de gaz de schiste, qui n'est pas d'actualité en Russie, la production de pétrole de schiste présente un intérêt considérable pour Gazprom et nous allons y travailler activement, a observé le PDG du groupe public Alexeï Miller.

Le dirigeant, cité dans un communiqué, s'exprimait lors d'un conseil d'administration de Gazprom Neft, la filiale pétrolière du groupe public gazier.

Lors de cette réunion, la société a étudié les moyens d'appliquer de nouvelles technologies pour augmenter sa production, y compris en s'engageant dans le développement de réserves difficiles à exploiter comme le gaz de schiste.

Dans ce domaine, Gazprom Neft compte acquérir de l'expérience dans l'extraction du gaz de schiste sur la formation Bajenov, dans l'ouest de la Sibérie. Elle y participe au champ pétrolier du Salym Supérieur, exploité par Salym Petroleum Development, coentreprise qu'elle détient avec Shell.

Gazprom, qui fournit actuellement un quart du gaz consommé en Europe, ne cesse de répéter sa méfiance face au développement du gaz de schiste, notamment aux Etats-Unis où ces nouvelles techniques de forage maintiennent les prix très bas depuis près de cinq ans.

Certains analystes estiment que le géant gazier, qui vient de lancer un vaste gisement dans l'Arctique, risque par ailleurs de se retrouver en situation de surproduction dans un contexte de crise économique en Europe qui pèse sur la demande.

Evoquant la révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis et la diversification par les pays européens de leurs sources d'énergie, le président russe Vladimir Poutine a estimé la semaine dernière que la Russie était obligée de prendre en compte ces tendances, d'avoir une idée précise de la situation non seulement dans les deux-trois prochaines années, mais au cours de la prochaine décennie.

GAZPROM

ROYAL DUTCH SHELL

(©AFP / 29 octobre 2012 13h32)