Grèce: nouveaux incidents près d'un site minier controversé


THESSALONIQUE (Grèce) - De nouveaux affrontements ont eu lieu jeudi dans le nord de la Grèce entre la police et des opposants à l'exploitation d'une mine d'or par un groupe minier canadien.

Les forces anti-émeutes se sont opposées aux habitants du village de Iérissos qui ont tenté d'empêcher une opération policière visant à arrêter les fauteurs d'incidents survenus en février dans les installations d'un groupe minier canadien, situées à proximité.

Selon un communiqué de la police, les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser 400 personnes rassemblées à l'entrée du village, qui ont dressé des barrages à l'improviste.

Les habitants protestaient contre l'arrivée dans le village de la police et d'autorités judiciaires pour mener des perquisitions à la suite de l'attaque menée le 17 février par des hommes cagoulés contre les installations du groupe minier canadien Eldorado Gold .

A l'époque, un groupe de 40 à 50 hommes avaient jeté des cocktails Molotov et mis le feu à des équipements d'Hellenic Gold, filiale grecque d'Eldorado Gold, tandis qu'un des vigiles du site avait été hospitalisé pour des blessures.

La police avait alors interpellé brièvement 27 personnes et arrêté quatre personnes tandis que quatre autres étaient recherchées.

Les habitants d'Iérissos luttent depuis des années contre le groupe Eldorado Gold, qui souhaite y exploiter de l'or, car ils craignent des dégâts irréparables à l'environnement dans le département de Chalcidique, haut lieu touristique dans le nord du pays.

Le projet est soutenu par le maire de Salonique, ville voisine, le gouvernement et des élus locaux qui misent sur la création de plusieurs centaines d'emplois dans un pays frappé par la récession et où le taux de chômage dépasse les 26%.

Mais ses détracteurs, qui se battent contre le projet depuis son autorisation en 2011, estiment qu'il va contaminer et assécher les réserves en eau et conduire au rejet dans l'air de substances dangereuses, telles que le plomb, le cadmium, l'arsenic et le mercure.

Dans un communiqué, Hellenic Gold a appelé les autorités à défendre la légalité et à protéger les investisseurs étrangers.

Un autre groupe minier canadien, TVX, s'y était déjà implanté il y a une vingtaine d'années, mais en avait été chassé en 2003.

(©AFP / 07 mars 2013 14h41)

News les plus lues