Grèce: un Pakistanais poignardé à Athènes, soupçons de crime raciste


ATHENES - Un immigré pakistanais a été poignardé à mort dans la nuit de mercredi à jeudi à Athènes par deux Grecs de 24 et 29 ans soupçonnés de motivations racistes, dans un pays où se banalisent des violences xénophobes, a indiqué une source policière.

Les deux suspects, dont un pompier, ont été arrêtés sur le témoignage d'un chauffeur de taxi, qui avait relevé le numéro de la plaque de leur deux-roues après le crime qui a eu lieu dans le quartier de Pétralona, en contrebas de l'Acropole.

Selon le chauffeur de taxi, ils ont agressé par derrière leur victime, âgée de 27 ans, qui circulait à vélo.

Le duo a affirmé que le drame s'est déclenché spontanément dans le feu d'une dispute avec le jeune homme, qui les gênait sur leur route. Les suspects restaient interrogés dans la soirée au siège de la police d'Athènes, selon une source policière.

Face aux agressions xénophobes qui se sont généralisées ces derniers mois en Grèce, les défenseurs des droits de l'homme, dont le Conseil de l'Europe, Amnesty International et Human Rights Watch réclament un sursaut des autorités.

L'ambassade des Etats-Unis en Grèce a pour sa part mis en garde en novembre ses ressortissants contre le risque d'agressions au faciès dans les rues grecques. Les ONG imputent ce rebond des agressions racistes au parti néonazi Aube dorée qui est entré pour la première fois au parlement grec en juin avec 7% des voix et 18 députés, sur fonds de grave crise économique et sociale.

Jeudi soir, une source policière a d'ailleurs précisé qu'une perquisition au domicile du plus jeune des agresseurs avait permis de découvrir des prospectus d'Aube Dorée.

Un Irakien avait été poignardé à mort une nuit d'août dans le centre d'Athènes par cinq motards lancés dans une chasse à l'étranger, sans que la police n'annonce depuis aucune arrestation.

Une manifestation anti-raciste et anti-fasciste à l'appel d'organisations de gauche est prévue samedi à Athènes.

(©AFP / 17 janvier 2013 20h59)