Hillary Clinton appelle la Bulgarie à diversifier ses sources d'énergie


SOFIA - Les Etats-Unis aideront la Bulgarie à diversifier ses sources d'énergie, a déclaré dimanche la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton lors d'une visite à Sofia, alors que ce pays dépend presque entièrement des livraisons de gaz russe.

L'ambassadeur américain Richard Morningstar, envoyé spécial sur les questions énergétiques en Eurasie, se rendra la semaine prochaine en Bulgarie, a annoncé Mme Clinton, alors qu'Alexeï Miller, le président du géant russe Gazprom, est également attendu à Sofia.

La protection de l'environnement et l'avancée vers les objectifs de sécurité énergétique seront les questions abordées par M. Morningstar, a indiqué Mme Clinton lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement bulgare a retiré en janvier à la compagnie américaine Chevron, sous la pression d'organisations écologistes, l'autorisation d'explorer du gaz de schiste dans le pays. Le Parlement a interdit dans la foulée la technique de fracturation hydraulique, la seule appliquée à l'exploration et l'extraction des gaz et huile de schiste.

La capacité des gisements de gaz de schiste en Bulgarie est estimée entre 300 et 1.000 milliards de m3, selon le gouvernement.

Un haut représentant du département d'Etat américain a rappelé dimanche à des journalistes que des pays qui sont économiquement dépendants sont également politiquement dépendants.

Il y a de très fortes raisons à ne pas être dépendant d'un seul pays, quel qu'il soit (...) Dans ce cas c'est la Russie, a-t-il précisé.

La Bulgarie dépend presque entièrement des livraisons de gaz et de pétrole russe. Le propriétaire de sa seule raffinerie pétrolière est russe, sa seule centrale nucléaire a des réacteurs russes. Le gouvernement hésite sur un projet de construction par la société russe Atomstroyexport d'une nouvelle centrale nucléaire.

Sofia, restée sans alternative lors de la crise du gaz russo-ukrainienne en janvier 2009 qui avait interrompu les livraisons de gaz russe vers l'Europe, travaille désormais à relier son réseau gazier à celui des pays voisins pour se procurer une alternative.

La Bulgarie participe par ailleurs au projet européen de gazoduc Nabucco, qui doit contourner la Russie, et au projet russo-italien South Stream qui reliera la Russie à l'Europe par les eaux turques de la mer Noire.

GAZPROM

CHEVRON

(©AFP / 05 février 2012 16h47)