Hollande a fait un discours pour rien sur l'environnement


PARIS - Le président PS de la commission développement durable à l'Assemblée nationale, Jean-Paul Chanteguet, a fustigé lundi l'absence de courage du gouvernement sur la transition écologique, jugeant que François Hollande avait fait un discours pour rien sur ce sujet.

L'ambition du président de la République de faire de la France le pays de l'excellence environnementale est un discours pour rien, a tranché M. Chanteguet, dans une interview à l'édition en ligne du quotidien Les Echos.

Aujourd'hui personne au gouvernement, à part Delphine Batho (ndlr: ministre de l'Ecologie), ne parle de transition écologique, d'excellence environnementale, de nouveau modèle de développement, a-t-il ajouté.

Pour M. Chanteguet, on est dans la plus grande frilosité. La politique du gouvernement, selon lui, se résume à l'objectif de réduction du déficit budgétaire et aux moyens de l'atteindre.

On oppose la compétitivité à l'environnement, regrette-t-il, alors que, selon lui, la sortie de crise se fera par la révolution écologique.

A l'ouverture de la conférence environnementale mi-septembre, le président François Hollande avait dit vouloir faire de la France la nation de l'excellence environnementale, et affirmé que la transition engagée était bien plus qu'un choix politique, c'est un projet de société.

Le gouvernement a alors présenté une feuille de route pour la transition écologique, avec une série de mesures, notamment sur la rénovation thermique.

François Hollande avait également annoncé l'annulation de permis d'exploration soupçonnés de viser le gaz de schiste, défendant une ligne de conduite ferme contre l'exploitation de cet hydrocarbure.

M. Chanteguet estime que ce dossier n'est pas refermé. Le chef de l'Etat a été clair pour les cinq ans à venir, mais après?.

Il se dit également pas plus rassuré sur la fiscalité écologique. Je ne vois que des mesurettes dans la loi de Finances, comme le renforcement du malus automobile.

Si on ne s'attaque pas sérieusement à ce chantier d'ici à la fin 2013, il sera trop tard: la fiscalité écologique ne verra jamais le jour pendant ce quinquennat, assure-t-il, préconisant une augmentation de la taxation du diesel, et le courage de rouvrir le dossier de la taxe carbone.

(©AFP / 29 octobre 2012 18h16)