Hongrie: le criminel de guerre nazi Csatary sévère et cruel


BUDAPEST (Hongrie) - Le rôle du criminel de guerre nazi hongrois Laszlo Csatary, 97 ans, était beaucoup plus important que ce qu'il affirme, car il a signé lui-même des documents relatifs à la déportation de milliers de juifs, selon des révélations du Musée de l'Holocauste hongrois, rendues publiques mercredi à Budapest.

Laszlo Csatary doit être entendu jeudi matin par un juge d'instruction militaire dans la capitale hongroise.

Le criminel de guerre nazi hongrois Laszlo Csatary, âgé de 97 ans, a été arrêté le 18 juillet par la police à Budapest et assigné à résidence, la justice hongroise passant à l'action après avoir été alertée il y a déjà dix mois sur le passé du suspect par le Centre Simon-Wiesenthal, basé à Jérusalem.

Laszlo Csatary a plaidé non-coupable, affirmant que, pendant la Seconde Guerre mondiale, son rôle dans le ghetto de Kosice, aujourd'hui en Slovaquie, alors en Tchécoslovaquie et occupé par la Hongrie en tant qu'alliée de l'Allemagne nazie, n'avait été qu'administratif.

J'avais un travail d'administrateur, m'occupant de passeports et de traductions, a-t-il affirmé au quotidien hongrois Magyar Hirlap la semaine dernière, niant avoir commis des crimes de guerre.

Mais, selon un historien du Musée de l'Holocauste à Budapest, Adam Gellért, de nombreux documents organisant la déportation de 15.700 juifs de 1941 à 1944 vers le camp d'extermination nazi d'Auschwitz, en Pologne, portent la signature de Laszlo Csatary lui-même.

Ces documents rendent par ailleurs compte d'un commandant de ghetto sévère et cruel: Csatary organisait la déportation des habitants du ghetto vers une usine de briques et, lors des déportations, il était sur la plate-forme à côté des trains et décidait qui, quand, montait dans les wagons, a indiqué Adam Gellért.

Ainsi, des documents apportent la preuve qu'il avait interdit aux ouvriers des chemins de fer de percer des trous dans les parois des wagons afin d'assurer leur aération. Dans un autre témoignage, il est attesté qu'il battait les enfants et était sadique.

D'après les documents de l'époque, Laszlo Csatary était bel et bien le commandant du ghetto de Kosice, puis un des deux commandants de l'usine de briques, où les habitants du ghetto avaient été déplacés en avril 1944, avant leur départ vers le camp d'extermination d'Auschwitz, en mai.

Mercredi, à Bratislava, capitale de la Slovaquie, la Fédération des communautés juives de Slovaquie a demandé que Laszlo Csatary soit extradé pour être jugé sur le sol slovaque, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la Fédération, Jaroslav Franek.

En 1948, Laszlo Csatary avait été condamné à mort par contumace par un tribunal tchécoslovaque.

(©AFP / 25 juillet 2012 18h32)