Importante manifestation à Montréal contre le gaz de schiste


MONTREAL - Quelque trois mille Québécois, dont plusieurs députés d'opposition et de nombreux militants écologistes ont manifesté samedi dans le centre de Montréal contre l'exploration des gisements de gaz de schiste, au mot d'ordre Nous ne nous laisserons pas forer.

Non aux énergies redoutables, oui aux énergies renouvelables! a lancé l'un des principaux animateurs de la marche, André Belisle, président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA).

La plupart des discours, prononcés à proximité des bureaux montréalais du Premier ministre québécois Jean Charest et bruyamment acclamés par des militants enthousiastes, ont porté sur deux revendications : un vrai moratoire sur l'exploration des vastes réserves découvertes il y a quatre ans dans la vallée du Saint-Laurent et l'introduction, au sein d'un comité chargé d'étudier la question, de représentants de la société civile et d'écologistes.

Les défenseurs de l'environnement contestent aussi la méthode de fracturation hydraulique qui risque, selon eux, de contaminer les nappes phréatiques.

En mars dernier, le gouvernement du Québec, confronté à de nombreuses protestations, avait pratiquement suspendu l'exploration et lancé une vaste étude pour déterminer son impact sur l'environnement, baptisée évaluation environnementale stratégique.

Mais, a dit devant les manifestants la porte-parole d'un collectif scientifique sur le gaz de schiste comptant 151 membres, Lucie Sauvé, huit des onze membres du comité chargé de cette étude sont liés aux promoteurs de l'exploration, l'industrie ou le gouvernement.

Le Québec doit prendre le virage pour les énergies renouvelables et surtout les énergies nouvelles qui sont vertes, a déclaré à l'AFP le député de Québec Solidaire (gauche) Amir Khadir, venu à vélo se joindre à la manifestation.

M. Khadir, à l'origine d'une pétition contre le gaz de schiste qui avait recueilli cent mille signatures, a estimé qu'en six mois, les citoyens du Québec ont mis à genoux le gaz de schiste, une industrie qui, ailleurs, met à la tête des Etats des présidents et des Premiers ministres.

(©AFP / 18 juin 2011 23h50)