Iran: vers une transition de six mois pour l'embargo pétrolier de l'UE


BRUXELLES - L'Union européenne s'orientait vers la mise en place d'un embargo pétrolier à l'encontre de l'Iran avec une période de transition de six mois pour permettre aux pays les plus concernés de s'y préparer, ont indiqué jeudi des diplomates européens.

Il semble que nous nous dirigions vers une période de transition de six mois, pour tenir compte notamment des craintes exprimées par les pays qui ont des liens commerciaux forts avec l'Iran, tels que la Grèce, a indiqué l'un d'eux.

Toutefois, il n'y a pas encore d'accord sur le nouveau train de mesures, qui devrait être à l'ordre du jour dès la prochaine réunion des ministres européens des Affaires étrangères, le 23 janvier prochain, a précisé un autre.

Plusieurs réunions sont encore prévues au niveau des ambassadeurs européens pour préparer ces mesures, ont-ils souligné.

Téhéran vend quelque 450.000 barils par jour (18% de ses exportations) à l'Union européenne, essentiellement à l'Italie (180.000 b/j), à l'Espagne (160.000 b/j) et à la Grèce (100.000 b/j), trois pays en mauvaise posture économique du fait de la crise de la dette.

Selon des données provisoires de la Commission européenne concernant les trois premiers trimestres de 2011, la Grèce a accru au cours de cette période sa dépendance au pétrole iranien qui représentait 34,2% de ses importations, suivie de l'Espagne (14,9%) et de l'Italie (12,4%).

Le Premier ministre italien Mario Monti, dont le pays est le premier importateur européen de pétrole iranien, avait pour sa part plaidé pour la mise en place d'un embargo graduel, dont soient exclues les livraisons qui servent à rembourser les dettes que l'Iran a contracté envers la compagnie nationale italienne ENI.

Un diplomate européen juge vraisemblable que les 27 décident une telle exemption qui concernerait tous ceux pour lesquels le remboursement des dettes iraniennes se fait en nature.

(©AFP / 12 janvier 2012 14h02)