Israël inquiet de la réouverture de la frontière entre l'Egypte et Gaza


JERUSALEM - Israël est très inquiet de la décision de l'Egypte de rouvrir de manière permanente sa frontière avec Gaza, qui pourrait avoir des conséquences stratégiques pour la sécurité de l'Etat hébreu, a déclaré à l'AFP un haut responsable israélien sous couvert de l'anonymat.

Nous sommes très inquiets de la situation dans le nord du Sinaï où le Hamas a réussi à monter une dangereuse machine militaire, en dépit des efforts de l'Egypte pour l'en empêcher, a affirmé ce responsable gouvernemental.

Des inconnus ont commis un attentat à la bombe mercredi contre un gazoduc situé dans le Sinaï, alimentant Israël et la Jordanie.

Plus généralement, le responsable a souligné qu'Israël était troublé par les développements en Egypte, par ces voix qui appellent à annuler le traité de paix (israélo-égyptien), par le rapprochement entre l'Egypte et l'Iran et par le rehaussement des relations entre l'Egypte et le Hamas.

Ces développements ont potentiellement des implications stratégiques pour la sécurité nationale d'Israël, a-t-il souligné.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil al-Arabi, a annoncé vendredi sur la chaîne de télévision Al-Jazira que son pays allait prendre des mesures importantes pour aider à alléger le blocus (de la bande de Gaza) dans les jours à venir, en rouvrant de manière permanente sa frontière avec Gaza.

M. al-Arabi a assuré que l'Egypte n'accepterait plus que le terminal frontalier de Rafah, seul point d'entrée de la bande de Gaza à ne pas être contrôlé par Israël, reste bloqué.

L'Autorité palestinienne, basée en Cisjordanie, comme le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza, ont salué cette mesure.

Nous nous félicitons de ce pas de l'Egypte. Cela fait longtemps que nous faisions pression pour que soit mis fin aux souffrances de la population de Gaza, a déclaré à l'AFP le négociateur palestinien Saëb Erakat à Ramallah.

De son côté, un responsable du Hamas chargé des frontières, Hatem Ewideh, s'est réjoui de la réouverture prochaine du terminal, en soulignant l'importance de l'ouverture d'un point de passage commercial avec l'Egypte.

La fermeture de la frontière égyptienne a donné lieu à une florissante contrebande de marchandises, d'armes et d'argent via de très nombreux tunnels souterrains.

Imposé en juin 2006 à la suite de l'enlèvement du soldat israélien Gilad Shalit, le blocus de la bande de Gaza a été considérablement renforcé après la prise de contrôle du territoire en juin 2007 par le Hamas.

Israël l'a ensuite assoupli à la suite d'intenses pressions internationales après la mort de neuf Turcs dans un assaut de sa marine le 31 mai 2010 contre une flottille humanitaire qui tentait d'atteindre le territoire palestinien.

Mais il a maintenu un strict blocus maritime, l'interdiction des exportations et les très strictes restrictions à la circulation des personnes à l'entrée et à la sortie de Gaza.

(©AFP / 29 avril 2011 13h20)