Israël veut une intervention du Quartette pour écarter Abbas


JERUSALEM - Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a appelé le Quartette pour le Proche-Orient à intervenir pour que les Palestiniens tiennent des élections en vue d'écarter selon lui le président Mahmoud Abbas et relancer le processus de paix.

Dans une lettre adressée mardi au Quartette (Russie, ONU, Union européenne, Etats-Unis), dont l'AFP a obtenu copie, M. Lieberman affirme que le président de l'Autorité palestinienne semble indifférent ou incapable (...) de parvenir à un accord qui permettrait de mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Il est temps de considérer une solution créative, hors des sentiers battus, pour renforcer la direction palestinienne, ajoute le ministre ultranationaliste.

Des élections générales devraient être tenues et une nouvelle direction palestinienne, légitime et nous l'espérons réaliste, devrait être élue, ajoute-t-il.

Les négociations directes entre Israël et les Palestiniens sont interrompues depuis septembre 2010. La communauté internationale fait en vain pression sur les deux camps pour les ramener à la table des négociations.

Dans sa lettre, visant à prouver la bonne volonté d'Israël (...) dans le but de ramener nos voisins à la table des négociations directes, le ministre des Affaires étrangères a énuméré plusieurs gestes significatifs effectués par Israël à l'égard des Palestiniens au cours des derniers mois.

Il affirme que ces gestes visaient notamment à améliorer le système fiscal de l'Autorité palestinienne, augmenter ses revenus et soutenir l'économie palestinienne.

Malheureusement, en dépit de ces initiatives, nous ne voyons aucune volonté ou attitude positive de la part de l'Autorité palestinienne, a affirmé M. Lieberman dans sa lettre adressée à la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, au ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov, à la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton et au secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon.

Il accuse le président de l'Autorité palestinienne de rendre Israël responsable des délais du processus (de paix), tout en tentant de réaliser des avantages sans négociation, à travers le chantage et des tentatives d'internationaliser le conflit.

M. Lieberman estime que des élections générales palestiniennes sont la seule solution, soulignant que les élections auraient dû se tenir en 2010 et ont depuis été reportées à maintes reprises par M. Abbas.

En vertu de l'accord de réconciliation nationale signé le 27 avril 2011 entre le Fatah et le Hamas, les deux gouvernements palestiniens rivaux en Cisjordanie et à Gaza devaient céder la place à un exécutif transitoire non partisan chargé d'organiser des élections générales dans un délai d'un an, mais les principales clauses en sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées.

(©AFP / 22 août 2012 12h06)