Italie/indignés: incidents violents, un bâtiment incendié


ROME - Des incidents violents se déroulaient samedi en marge de la manifestation des indignés à Rome, où un bâtiment du ministère de la Défense a été incendié et où la police a chargé des manifestants, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Trois personnes ont été blessées, dont un jeune homme qui a été touché à la main alors qu'il tentait de s'opposer aux éléments incontrôlés, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Préfecture.

Peu avant 17H00 (15H00 GMT), des flammes s'échappaient de l'annexe du ministère de la Défense, autour de laquelle se trouvaient encore une centaine d'inconnus cagoulés de noir.

Les pompiers avaient du mal à arriver sur les lieux, se frayant un passage parmi les dizaines de milliers de personnes qui continuaient de manifester pacifiquement contre la précarité et la finance et hurlaient à l'intention des casseurs non à la violence!.

Dès le début du cortège, des groupes d'inconnus avaient fracassé les vitrines de deux banques via Cavour à l'aide de panneaux de la circulation, avant de prendre la fuite et se mêler à la foule des manifestants.

Plusieurs voitures ont été incendiées.

Les forces de l'ordre ont lancé l'assaut contre les manifestants devant la basilique Saint-Jean de Latran, à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau, tandis que les éléments incontrôlés, cagoulés ou masqués de foulards noirs, lançaient fumigènes, cocktails Molotov et bouteilles.

Les manifestants pacifiques, venus parfois défiler en famille avec leurs enfants, ont déserté la place historique transformée en champ de bataille.

Les trois principales confédérations syndicales ainsi que les syndicats étudiants s'étaient joints à ce cortège inspiré par les indignés de Wall Street et d'Espagne.

Une seule solution, la Révolution!, Nous ne sommes pas des biens dans les mains des banquiers, pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants. Un groupe portait un cercueil avec le nom du chef du gouvernement Silvio Berlusconi.

Le centre de la capitale avait été bouclé dès le matin par la police qui redoutait des débordements, à l'image d'incidents violents qui avaient fait des dizaines de blessés en décembre 2010 en plein centre-ville.

Les plus grands monuments de la Ville éternelle, comme le Colisée et le Forum romain, ainsi que quatre stations de métro ont été fermés à l'occasion de la manifestation pour laquelle 1.500 policiers ont été mobilisés. Deux hélicoptères survolaient la zone.

Les manifestants ont convergé vers Rome par trains et quelque 750 autocars venant de 80 villes d'Italie ont été affrétés, ont indiqué les organisateurs. Selon les media italiens, leur nombre pourrait atteindre entre 100.000 et 200.000 personnes. Aucun chiffre officiel n'était disponible en milieu d'après-midi.

Des manifestations d'indignés étaient prévues dans de nombreuses villes à travers le monde.

Cinq mois après l'apparition du mouvement des indignés, le 15 mai à Madrid, les indignés ou d'autres groupes comme Occupy Wall Street veulent faire de ce 15 octobre une journée symbolique, ciblant des hauts lieux de la finance comme le quartier des affaires de New York, la City de Londres ou la Banque centrale européenne à Francfort.

(©AFP / 15 octobre 2011 17h26)