Japon: une majorité de communes abritant des centrales pour leur redémarrage


TOKYO - Une majorité de communes japonaises sur lesquelles sont implantées des centrales, à l'arrêt depuis l'accident de Fukushima en mars 2011, sont favorables à leur redémarrage en cas de feu vert du gouvernement, révèle dimanche un sondage publié par le quotidien Yomiuri Shimbun.

Près de deux ans après l'accident de Fukushima (220 km au nord-est de Tokyo), 48 réacteurs sur les 50 de l'archipel sont actuellement suspendus, en raison de nouvelles mesures de sécurité exigées.

L'Autorité de régulation doit se prononcer sur la sûreté des installations après avoir étudié, dans certains cas, de nouvelles données sur les risques sismiques des régions concernées.

A rebours de l'opinion publique, une majorité de 54% des maires sur 135 communes abritant des réacteurs ou se situant à proximité immédiate d'une centrale affirment qu'ils approuveraient le redémarrage des centrales.

Seuls 18% des élus s'y opposeraient et 28% ne se prononcent pas.

Le Yomiuri Shimbun souligne que les installations nucléaires constituent souvent les premiers employeurs locaux.

Le nouveau gouvernement conservateur, plus favorable au nucléaire que son prédécesseur de centre-gauche, a souligné qu'il donnerait son feu vert au redémarrage des réacteurs que l'Autorité de régulation aura jugé sûrs.

L'accident nucléaire de Fukushima est le plus grave depuis celui de Tchernobyl (Ukraine) en 1986.

Quelque 160.000 personnes ont quitté la région contaminée dont une partie est devenue totalement inhabitable et le démantèlement des réacteurs endommagés devrait durer une quarantaine d'années.

(©AFP / 06 janvier 2013 05h25)

News les plus lues