L'Alliance contre le tabac veut un engagement des candidats à la présidentielle


PARIS - L'Alliance contre le tabac demande aux candidats à la présidentielle de s'engager d'ici le 11 avril sur une charte en dix points pour stopper l'épidémie industrielle du tabagisme.

On sait ce qu'il faut faire : ce que dit la Convention-Cadre de l'OMS pour la lutte anti-tabac (CCLAT), a souligné jeudi devant la presse le Pr Yves Martinet, président de l'Alliance. Nous avons besoin de clairvoyance et de courage politique, a-t-il ajouté.

Les propositions soumises aux dix candidats sont extraites du Livre Blanc du contrôle du tabac élaboré par l'Alliance contre le tabac, et reprennent, pour certaines, des points du rapport du député Yves Bur, remis le 1er mars au ministre de la Santé.

L'Alliance contre le tabac demande notamment aux candidats de s'engager à mettre en place une mission parlementaire permanente de l'application de la CCLAT, et plus particulièrement de l'article garantissant que les politiques de santé ne soient pas influencées par les intérêts commerciaux de l'industrie du tabac.

Elle demande également une utilisation de la fiscalité comme outil de santé publique.

Les décisions de contrôle du tabac en France sont prises dans l'intérêt de Bercy contre l'intérêt des Français, a dénoncé le Pr Martinet, pour qui Bercy mériterait d'avoir une carotte, enseigne des buralistes.

L'Alliance contre le débat veut par ailleurs mobiliser la société pour casser l'image encore glamour du tabac, préconisant l'instauration de paquets de cigarettes neutres, peu attractifs, et la vente sous le comptoir, c'est-à-dire ne plus exposer les paquets de cigarettes dans les bureaux de tabac.

13% de la mortalité globale est liée à la consommation de tabac, a assuré le pneumologue, soit quelque 60.000 décès par an.

Si les responsables politiques avaient pris les mesures qu'il faut prendre, nous aurions économisé 20.000 morts par an, a-t-il affirmé, soulignant que 31% des adultes fument en France, contre 21% en Angleterre.

L'Alliance contre le tabac a pour objectif d'éradiquer le tabac d'ici 2030 pour sauver des vies et alléger le déficit de l'Etat. La vente de tabac ne rapporte pas à l'Etat, a martelé le Pr Martinet, évaluant au contraire le coût des conséquences du tabagisme à 772 euros par an pour chaque Français.

L'Alliance a prévu de présenter les prises de position des différents candidats à la présidentielle le 11 avril.

(©AFP / 22 mars 2012 13h12)