L'Azerbaïdjan dénonce la loi française sur le génocide arménien


BAKOU - L'Azerbaïdjan, allié de la Turquie, a vivement protesté mardi contre la loi votée la veille par le Sénat français pénalisant la négation du génocide arménien sous l'Empire ottoman.

La république d'Azerbaïdjan déplore la loi adoptée par le Sénat français qui pénalise la négation du +génocide arménien+ et exprime sa vive protestation, a indiqué le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères dans un communiqué.

Cette mesure va à l'encontre des principes de la démocratie, des droits de l'homme, de la liberté de parole et d'expression, a-t-il souligné.

En conséquence, un responsable du parti au pouvoir en Azerbaïdjan a suggéré que la France quitte le Groupe de Minsk, créé pour trouver une solution au conflit sur le territoire séparatiste du Nagorny Karabakh que se disputent l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Les agissements de la France ont réduit à néant la confiance dont elle bénéficiait encore au sein de ce groupe, a déclaré le secrétaire du parti au pouvoir, Ali Akhmedov, cité par l'agence Interfax.

Dans une telle situation, la voie le plus honorable pour la France serait de se retirer de cette médiation, dans la mesure où elle a perdu le droit moral de remplir sa mission, a-t-il ajouté.

Le Groupe de Minsk co-présidé par la Russie, les Etats-Unis et la France a été créé en 1992 par la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE, l'actuelle OSCE), afin d'encourager la recherche d'une résolution pacifique et négociée entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan du conflit les opposant sur le Nagorny Karabakh.

Le Parlement français a définitivement adopté lundi soir, après un ultime vote du Sénat, une proposition de loi pénalisant d'un an de prison et d'une amende de 45.000 euros la négation du génocide arménien de 1915 qui a fait 1,5 million de morts sous l'Empire ottoman, selon les Arméniens.

La Turquie reconnaît que jusqu'à 500.000 Arméniens sont morts pendant des combats et leur déportation, mais non par une volonté d'extermination.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a déjà qualifié la loi adoptée en France d'ouvertement discriminatoire et raciste.

Proche allié de la Turquie, l'Azerbaïdjan est en conflit avec l'Arménie à propos de la région séparatiste azerbaïdjanaise du Nagorny Karabakh. Bakou et Erevan n'arrivent pas à se mettre d'accord sur le statut de cette région où les deux pays se sont livrés à une guerre qui a fait 30.000 morts entre 1988 et 1994.

(©AFP / 24 janvier 2012 16h47)