La CGT de Total irritée par des propos de Christophe de Margerie sur la Birmanie


PARIS - La CGT de Total affirme lundi s'inscrire en faux contre des propos du directeur général du groupe, Christophe de Margerie, qui a avancé dans une émission télévisée qu'il avait emmené ce syndicat en Birmanie et que l'organisation ne critiquait pas la présence du pétrolier dans ce pays. Vous vous êtes permis de déclarer: +J'ai emmené la CGT de Total voir sur place en Birmanie+ et +la CGT ne critique pas la présence de Total en Birmanie+, écrit le syndicat dans un communiqué en citant une émission du 27 avril sur France 2.

Tout d'abord vous n'ignorez pas que précisément seule la CGT a refusé de participer au voyage des coordinateurs syndicaux du groupe en Asie (dont la Birmanie) en avril 2011, poursuit le syndicat.

La CGT a dénoncé à plusieurs reprises des faits rapportés par un représentant du syndicat birman sur la mobilité forcée de villageois, l'utilisation de main d'oeuvre forcée, la fourniture de carburant à l'armée, etc., indique le communiqué.

La CGT rappelle aussi avoir demandé au groupe en septembre 2007, pendant la répression sanglante dans ce pays, d'arrêter toute exploitation de production du champ gazier et de geler tout transfert financier tant que le respect des droits de l'Homme et l'enclenchement d'un processus démocratique ne seraient pas engagés.

Le groupe a été par le passé mis en cause pour ses activités en Birmanie et un audit publié en 2009 par EarthRights International (ERI) accusait le groupe pétrolier d'enrichir la junte au pouvoir.

Le groupe avait critiqué un rapport exclusivement à charge ne reconnaissant pas les bénéfices de sa présence dans ce pays, notamment dans le domaine de l'éducation ou de la santé.

Christophe de Margerie avait aussi expliqué que le fait de partir ne (ferait) pas plus respecter les droits de l'Homme et que le règlement du problème birman ne (passerait) pas par Total.

Total est présent en Birmanie depuis 1992, sur le champ gazier de Yadana qui alimentent notamment des centrales électriques en Thaïlande.

TOTAL

(©AFP / 02 mai 2011 18h52)