La Chine pose ses conditions pour un traité contraignant sur le climat


DURBAN (Afrique du Sud) - La Chine a énuméré dimanche à Durban (Afrique du Sud), à mi-parcours de la conférence de l'ONU sur le changement climatique, les conditions qu'elle souhaite voir remplies avant d'envisager de prendre des engagements contraignants après 2020.

Je pense qu'après 2020, nous devrions également négocier un document juridiquement contraignant, a déclaré le ministre chinois Xie Zhenhua, le principal responsable chinois des questions climatiques, au cours d'une rencontre avec des ONG.

Le problème maintenant est de voir si nous avons consciencieusement mis en oeuvre les documents juridiques sur lesquels nous avons déjà des accords. C'est une question très importante pour nous, a-t-il ajouté, selon des propos traduits par un traducteur officiel de la délégation chinoise.

L'Europe souhaite que la conférence de Durban pose les bases et propose un calendrier pour un futur traité imposant, vers 2020, des objectifs de réduction de gaz à effet de serre à tous les pays.

Cette feuille de route est la condition posée par les Européens avant de prendre de nouveaux engagements dans le protocole de Kyoto, traité qui impose des objectifs contraignants seulement aux pays industrialisés, à l'exception notable des Etats-Unis qui ne l'ont jamais ratifié.

Le ministre chinois a énuméré plusieurs conditions que son pays souhaite voir remplies à Durban avant d'accepter de s'engager vers un traité contraignant à l'horizon 2020, a précisé Alden Meyer, un analyste du groupe de réflexion américain Union of Concerned Scientists ayant participé à la rencontre.

La Chine demande notamment que l'Union européenne et d'autres pays prennent de nouveaux engagements dans le protocole de Kyoto, a rapporté M. Meyer.

Les Chinois souhaitent aussi un processus permettant d'accompagner une montée en puissance sur la question financière, pour passer des 10 milliards annuels actés pour la période 2010-2012 aux 100 milliards annuels promis par les pays industrialisés à l'attention des pays en développement à partir de 2020.

La conférence de Durban se poursuit jusqu'à vendredi.

(©AFP / 04 décembre 2011 18h07)