La Croatie appelle le hongrois MOL à prendre une décision sur la vente des parts de la compagnie croate INA


ZAGREB - La Croatie a exhorté jeudi le géant pétrolier hongrois MOL à annoncer sans délai s'il avait l'intention de vendre ses parts au sein de la compagnie pétrolière croate INA.

Pour le bien d'INA, il est indispensable que MOL annonce sans équivoque et le plus vite possible s'il a l'intention inconditionnellement de vendre les parts qu'il détient au sein de INA, a annoncé le gouvernement croate dans un communiqué.

La compagnie hongroise avait récemment demandé à son Comité exécutif d'entamer les préparatifs pour vendre les parts de INA, a-t-on ajouté de même source.

Mol détient 49,1% des parts de la compagnie croate alors que l'État en détient 44,84%. Le reste des actions est détenu par de petits investisseurs.

Le gouvernement croate a souligné que son objectif était de protéger les intérêts de la Croatie, en tant que détenteur des parts d'INA, et de préserver la valeur de cette compagnie et ses investissements au sein de celle-ci, selon le communiqué.

Le gouvernement appelle MOL à annoncer une décision dans un délai raisonnable, a insisté Zagreb.

La semaine dernière, un nouveau round de pourparlers entre le gouvernement croate et le géant pétrolier hongrois s'est soldé par un échec à trouver une solution.

Les deux parties ont noté qu'il restait de nombreuses questions ouvertes.

La Croatie cherche à diminuer l'influence de MOL sur INA en raison des résultats décevants de la compagnie croate et des enquêtes à répétition qui secouent la compagnie hongroise.

La Croatie, membre de l'Union européenne depuis juillet, a lancé un mandat d'arrêt européen contre le PDG de MOL Zsolt Hernadi soupçonné d'avoir versé des pots-de-vin à l'ex-Premier ministre croate Ivo Sanader, déclaré coupable en novembre 2012 d'avoir touché cinq millions d'euros de pots-de-vin afin d'assurer au groupe hongrois le contrôle d'INA, sans en posséder la majorité des parts.

Dès l'annonce de la condamnation de M. Sanader, le groupe MOL a rejeté les accusations selon lesquelles il aurait versé des pots-de-vin à l'ex-chef du gouvernement croate.

En janvier 2012 à Budapest, le parquet hongrois avait classé sans suite une enquête concernant M. Hernadi.

(©AFP / 14 novembre 2013 19h11)