La Grèce reprend des tractations cruciales pour se trouver un exécutif


ATHENES - Les dirigeants socialiste et conservateur grecs, Evangélos Vénizélos et Antonis Samaras, ont repris vendredi matin des négociations cruciales, sous pression européenne, pour tenter de doter la Grèce d'un gouvernement, après un progrès enregistré jeudi en ce sens.

M. Vénizélos et M. Samaras se sont entretenus une demi-heure, dans l'attente d'une rencontre en début de soirée de M. Vénizélos avec le chef de la gauche radicale du Syriza, Alexis Tsipras. Des déclarations de M. Samaras étaient attendus plus tard dans la matinée.

Comme il l'a déclaré jeudi, M. Vénizélos propose un gouvernement qui devrait à la fois maintenir le pays dans l'euro et assurer le dépassement sous trois ans du programme de redressement dicté au pays par l'UE et le FMI.

Le leader socialiste, qui a reçu jeudi un mandat de trois jours pour tenter de mettre sur pied une coalition, après l'échec successif des conservateurs et de la gauche radicale du Syriza, s'était félicité la veille d'un premier pas vers la constitution d'un exécutif, après avoir rencontré Fotis Kouvelis, le chef du petit parti de gauche démocratique, Dimar.

Le Dimar, qui dispose de 19 sièges de députés, clé possible d'une majorité absolue au parlement pour un exécutif l'associant aux socialistes et conservateurs, s'était alors déclaré en faveur de la formation d'un gouvernement oecuménique dont la mission serait de maintenir le pays dans la zone euro.

Cette déclaration a été interprétée comme une avancée, alors que le Dimar avait jusque-là manifesté sa préférence pour une équipe de gauche, menée par le Syriza, qui a été propulsé deuxième force politique du pays aux élections à l'issue d'une campagne centrée sur le rejet des recettes de redressement UE-FMI.

MM. Vénizélos et Kouvelis ont toutefois souligné que leur ébauche d'entente s'axait sur une remise en cause de la feuille de route des accords selon lesquels Athènes s'est engagé à un ajustement budgétaire en échange de son maintien sous perfusion financière pour éviter la faillite.

Ce signal a accru l'exaspération qui monte en Europe face à l'instabilité grecque et aux tergiversations du pays à tenir ses engagements: la zone euro peut supporter une sortie de la Grèce, a ainsi estimé le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, dans un entretien au quotidien régional allemand Rheinische Post, paru vendredi.

Le ministre allemand des Affaires Etrangères, Guido Westerwelle a pour sa part souligné devant le parlement allemand vendredi matin que le versement de nouvelles aides à la Grèce restait conditionné au respect par Athènes de ses obligations et des réformes convenues.

Dans ce contexte, un sondage de l'institut Marc, réalisé sur un échantillon supérieur à 1.000 personnes et paru vendredi dans le quotidien Ethnos montre qu'une large majorité de Grecs (62,7%) souhaite voir la formation d'un gouvernement de coalition, dont 53% avec la participation du Syriza.

Seuls 32 % se déclarent en faveur de nouvelles élections, inévitables si les responsables politiques grecs n'arrivent pas à s'entendre.

Mais en cas de nouveau scrutin, l'enquête d'opinion fait apparaître un résultat marquant: l'arrivée en tête du Syriza avec 27% des intentions de vote, suivi par la Nouvelle Démocratie à 20%, la Pasok, toujours troisième à 12,6% puis les Grecs indépendants (droite anti-mémorandum) à 10%.

Une telle montée en puissance du Syriza changerait complètement la donne car le parti d'Alexis Tsipras, qui dispose actuellement de 52 sièges, bénéficierait alors de la prime de 50 sièges accordée au parti vainqueur, le mettant en position de force pour nouer des alliances.

Les communistes du KKE et le groupe néonazi, Chryssi Avghi (Aube dorée), qui sont les deux autre partis entrés au parlement depuis dimanche reculeraient eux légèrement, respectivement à 7% et 5,7%.

(©AFP / 11 mai 2012 10h27)