La Haye invite Danemark et Norvège à mettre en commun leurs futurs F-35


WASHINGTON - Les Pays-Bas ont invité le Danemark et la Norvège, deux autres pays envisageant de se doter du futur avion de chasse F-35, à s'unir pour acquérir ces appareils et en assurer la maintenance, a déclaré jeudi à Washington le ministre néerlandais de la Défense, Hans Hillen.

En envisageant des abandons de souveraineté en matière de défense, La Haye démontre jusqu'où les Pays-Bas sont prêts à aller dans la coopération avec d'autres pays afin de maintenir les capacités militaires de l'Otan, dont les pays membres font face aux restrictions des budgets militaires, a expliqué le ministre devant l'Atlantic Council lors d'un déplacement aux Etats-Unis.

Les chasseurs F-16 dont disposent les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège arrivent en fin de vie et devront être remplacés dans les années à venir. Les trois pays ont décidé, ou envisagent, d'acquérir le futur avion à capacité furtive américain, dont les retards et coûts s'accumulent.

Selon le ministre, qui a invité Bruxelles et Oslo à en discuter, la coopération existante à propos des F-16 pourrait être développée. Nous pouvons espérer atteindre des niveaux de coopération plus élevés en matière d'acquisition et de maintenance, et peut-être même lors des opérations, a-t-il estimé.

Les Pays-Bas comptent se doter de 85 appareils, la Norvège de 56 et le Danemark devra remplacer ses F-16 à l'horizon 2020. Ces trois pays participent aux coûts de mise au point des F-35 dans le cadre d'un consortium international. Le ministre a également dit espérer que la Belgique et l'Italie se joignent aux discussions.

Cela peut signifier que nous partagions l'un des symboles de nos forces armées avec d'autres pays: l'avion de chasse, a souligné M. Hillen, reconnaissant que dans le domaine de la défense, la souveraineté est le dernier obstacle.

La crise budgétaire à laquelle l'Europe est confrontée nous aide parce que, sous la pression, tout est possible: dans les réunions de l'Otan et de l'UE, je peux sentir une volonté de coopérer bien plus forte qu'il y a deux ou trois ans, s'est réjouit le ministre néerlandais.

Interrogé par l'AFP sur l'inflation et les retards du programme le plus cher de l'histoire du Pentagone, M. Hillen a dit n'être pas pessimiste du tout face à l'avenir. La semaine passée, le ministre britannique de la Défense Philip Hammond avait fait état de son inquiétude face à de nouveaux retards du programme F-35 lors d'un déplacement à Washington.

Le ministre de la Défense néerlandais a par ailleurs rencontré jeudi son homologue américain Leon Panetta au Pentagone pour s'entretenir notamment de la nouvelle stratégie américaine et du sommet de l'Otan qui se tiendra en mai à Chicago, selon le porte-parole du Pentagone, le capitaine de vaisseau John Kirby.

Les deux hommes ont également évoqué l'évolution de la présence américaine en Europe, où 80.000 hommes sont basés, et qui est appelée à se réduire.

(©AFP / 13 janvier 2012 00h04)